OGM : défaut de rendement

Le 17 avril 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des experts de l’UCS (Union of Concerned Scientists), un groupe américain indépendant de scientifiques, ont étudié le rendement de trois céréales génétiquement modifiées : un maïs et un soja tolérants aux herbicides et un maïs résistant aux insectes. Résultat, contrairement à ce qu’affirment les entreprises de génie génétique, les cultures OGM «n’ont pas réussi à accroître de manière significative les rendements des cultures aux Etats-Unis», indique le rapport intitulé «un défaut de rendement».

Ce dernier indique qu’aucune des trois cultures étudiées n’a permis d’augmenter le rendement intrinsèque, c’est-à-dire le potentiel de production dans les meilleures conditions possibles. Concernant le rendement d’exploitation, qui se réfère aux niveaux de production après les pertes dues aux ravageurs, à la sécheresse et autres facteurs environnementaux, seul le maïs BT (Bacillus thuringiensis), résistant aux insectes, conduit à un accroissement de la production. En cas de fortes invasions, il offre un rendement d’exploitation supérieur de 7 à 12% par rapport aux cultures traditionnelles, mais son augmentation moyenne n’est que de 0.2 à 0.3% par an.
«Pour mettre ce chiffre dans son contexte, les rendements du maïs aux États-Unis au cours des dernières décennies ont connu une augmentation moyenne annuelle d'environ un pour cent, ce qui est considérablement plus que ce que les cultures de maïs Bt ont fourni», fait remarquer Sherman Doug Gurian, auteur du rapport. Cette hausse de productivité est principalement attribuable à l’amélioration des pratiques agricoles. L’auteur rappelle d’ailleurs que des études récentes ont montré que des méthodes agricoles réduisant au minimum l’utilisation de pesticides et d’engrais synthétiques peuvent plus que doubler le rendement des cultures, et à faible coût pour les agriculteurs de régions en développement comme l’Afrique sub-saharienne.

D’après son auteur, le rapport démystifie donc les propos des entreprises de biotechnologies lorsqu’elles affirment que les OGM seront indispensables pour faire face à la demande alimentaire croissante que provoquera une explosion de la démographie dans les années à venir.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus