Océans recherchent investisseurs

Le 05 septembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La protection des océans va-t-elle intégrer les radars de la finance mondiale ?
La protection des océans va-t-elle intégrer les radars de la finance mondiale ?

Quelques jours après le lancement, par la Banque mondiale, d’une première série d’obligations dédiées à la protection des océans et des ressources en eau de la planète, le plus grand fonds souverain au monde appelle les entreprises à investir dans cet écosystème «important pour l’économie mondiale».


La protection des océans va-t-elle entrer dans les radars de la finance mondiale? Deux institutions internationales majeures veulent le croire. La Banque mondiale, tout d’abord, qui a lancé le 29 août sa première série d’obligations, à l’occasion de la Semaine mondiale de l’eau qui s’est tenue à Stockholm du 26 au 31 août. Objectif: réunir 3 milliards de dollars pour soutenir les deux objectifs de développement durable (ODD) visant l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement (ODD n°6) et la conservation et l’exploitation durable des océans (ODD n°14). Quatre investisseurs suédois ont déjà répondu présents: AP1, SEB, SPP Storebrand et Swedbank Robur Fonder AB.

 

9.000 entreprises visées

De son côté, le Fonds souverain de Norvège, le plus important au monde (890 milliards d’euros), a lancé un appel, ce 5 septembre, à investir dans la protection des océans. «Les entreprises doivent en faire plus, notamment contre la pollution par les déchets plastique», écrit-il. «L’océan est un élément vital de la biosphère et un élément important pour l’économie mondiale» lance-t-il aux 9.000 entreprises dans lesquelles il investit.

 

Plastique et pêche en ligne de mire

Des entreprises, dont des fabricants de plastiques, qui sont invitées à intégrer la transition vers une économie circulaire, économe en matières premières, dans leur stratégie. Les armements de pêche sont pour leur part sommés de prendre en considération les projections sur l’évolution des stocks halieutiques.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus