Obésité: tabagisme et pollution, cocktail détonnant

Le 13 novembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas qu'une question d'alimentation
Pas qu'une question d'alimentation

Chez les enfants et adolescents, vivre exposé au trafic routier ou au tabagisme passif accroît très fortement les risques de surpoids, révèle une étude américaine publiée dans la revue Environmental Health Perspectives. Et encore plus lorsque les deux facteurs sont combinés.

La liste des méfaits de la pollution atmosphérique n’en finit pas de s’allonger. Notamment chez l’enfant: après l’autisme et les troubles de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), l’obésité est à son tour impliquée. Et comme le montre l’étude menée par l’équipe de Kiros Berhane, de la Keck School of Medicine (University of South California, Los Angeles), le risque devient très élevé en cas d’expositions cumulées.

Conduite sur 3.318 enfants âgés en moyenne de 10 ans et suivis pendant 8 ans, leur étude est la première à évaluer l’association de deux facteurs, à savoir le tabagisme passif et la proximité d’un axe routier. Après avoir confirmé leur effet séparé sur l’obésité, déjà suggérée par d’autres travaux, les chercheurs montrent que les enfants victimes du tabagisme passif et très exposés à la pollution automobile sont bien plus souvent en surpoids.

Un effet synergique

Par rapport à ceux ne subissant pas ces risques, ces enfants présentent un indice de masse corporelle (IMC) accru de 2,15 kg/m2 [1] Les chercheurs soupçonnent ainsi un effet synergique entre la pollution routière et le tabagisme passif, la somme des deux étant bien en-deçà de leur association réelle: +0,80 kg/m2 pour la circulation, +0,85 kg/m2 pour le tabagisme.

Reste à savoir quel est le rôle de ces pollutions dans l’épidémie actuelle d’obésité. Selon eux, la pollution atmosphérique aurait eu des effets dévastateurs: «le nombre de kilomètres parcourus par les véhicules, l’exposition à certains polluants atmosphériques, et la construction d’habitations près des axes routiers ont fortement augmenté au cours des dernières décennies», constatent-ils.

[1] Un poids normal se situe entre 20 et 25 kg/m2, un surpoids entre 25 et 30 kg/m2 et une obésité au-dessus de 30 kg/m2. L’IMC se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille (en mètres) élevée au carré.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus