Obésité en France: vers un plateau?

Le 18 octobre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Toujours plus, mais moins vite.
Toujours plus, mais moins vite.

L’obésité continue à augmenter en France, mais à un rythme bien moins rapide depuis 2009, selon les résultats de l’étude Obépi 2012 rendus publics mardi 16 octobre. Menée par l’Inserm et financée par les laboratoires Roche, cette grande étude, qui porte sur 25.714 personnes de 18 ans et plus, est renouvelée tous les trois ans depuis 1997.

Nouveauté de cette 6e édition, la possibilité d’un ralentissement de l’épidémie d'obésité, voire d’un plateau, déjà observé dans d’autres pays industrialisés, dont les Etats-Unis (voir le JDLE). En 2012, le taux d’obésité, caractérisé par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 kilogrammes par mètre carré, est de 15% en France, contre 8,5% en 1997. Il était de 14,5% en 2009, soit une augmentation sur trois ans qui, pour la première fois, paraît non significative d’un point de vue statistique.

Quant au surpoids (IMC compris entre 25 et 30 kg/m2), son taux est passé de 29,8% à 32,3% entre 1997 et 2012. Le taux d’obésité s’accroît avec l’âge, atteignant un pic dans la tranche d’âge 55-64 ans aussi bien chez les hommes (19,1%) que chez les femmes (19,9%), avant de légèrement diminuer chez les plus de 65 ans. Toutes classes d’âge confondues, les femmes sont plus souvent obèses que les hommes (15,7% contre 14,3%).

Phénomène bien établi, le taux d’obésité diminue lorsque le revenu s’élève. Il atteint ainsi 24,1% dans la catégorie la plus pauvre (moins de 1.200 euros par mois), contre 8,3% dans la plus favorisée (plus de 3.800 € mensuels). L’écart pourrait se creuser encore dans l’avenir, avec une hausse continue chez les premiers et une stagnation chez les derniers.

Régions les plus touchées par l’obésité, le Nord-Pas-de-Calais (21,3%), la Champagne-Ardenne (20,9%), la Picardie (20%) et la Haute-Normandie (19,6%). A l’inverse, c’est dans le sud que la population est la moins atteinte, comme dans les régions Midi-Pyrénées (11,6%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (11,7%). A 14,4%, la région parisienne se situe un peu au-dessous des 15% nationaux.

Réalisée par l’institut Ipsos, une récente étude menée pour le compte de Doing Good Doing Well, société de conseil dans le domaine social, s’est penchée plus en détail sur les 15-25 ans, dont 19% seraient en surpoids ou obèses. Le fait de mauvaises habitudes alimentaires et physiques: 61% des jeunes interrogés reconnaissent manger une fois sur deux devant un écran, 38% ne pratiquent aucune activité.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus