Obama interdit les forages d’hydrocarbures en Arctique

Le 21 décembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La zone recouvre 50 millions d'hectares
La zone recouvre 50 millions d'hectares

Un mois avant l’arrivée de Donald Trump à la Maison blanche, le président Obama a interdit, le 20 décembre, tout forage dans une vaste zone de l’océan Arctique et des canyons sous-marins de l’océan Atlantique. Une décision suivie par le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

 

«Avec nos voisins et alliés du Canada, les Etats-Unis franchissent une étape historique (…) pour préserver les écosystèmes de l’Arctique, qui sont uniques sur Terre», a souligné le président américain dans un communiqué. «Les risques de fuites de pétrole sont importants dans cette région et notre capacité à les nettoyer sont limitées», a-t-il ajouté, en soulignant la nécessité de réduire la dépendance aux énergies fossiles pour lutter contre le changement climatique.

 

Mer des Tchouktches et mer de Beaufort

Barack Obama s’est appuyé sur une loi de 1953 (Outer Continental Shelf Lands Act) qui offre au président la possibilité d’interdire, par ordonnance, toute exploitation d’hydrocarbures dans une partie des eaux territoriales. Avant lui, les présidents Eisenhower et Clinton l’avaient également actionnée. Au total, la zone préservée regroupe 50 millions d’hectares dans la mer des Tchouktches, une large partie des eaux américaines de Beaufort (à l’exception de la zone côtière) ainsi que 31 canyons sous-marins situés dans l’Atlantique.

Une étude de l’Institut de l’environnement de Stockholm, menée en collaboration avec le Carbon Tracker Initiative, montre que des forages offshore dans les océans Atlantique et Arctique seraient incompatibles avec un maintien du réchauffement en dessous de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

La mesure a aussitôt été saluée par les associations environnementales. «Le président Obama consolide un bilan sans précédent sur le climat», a commenté Michael Brune, directeur exécutif du Sierra Club. «L’annonce bilatérale entre le Canada et les Etats-Unis montre que l’Amérique du Nord est le chef de file mondial de la préservation de l’Arctique», a affirmé de son côté Rhea Sue, présidente du National Resources Defense Council (NRDC).

Pour sa part, Justin Trudeau a interdit tout forage de pétrole et de gaz dans les eaux canadiennes de l’Arctique, avec une révision prévue tous les 5 ans.

Pour autant, 42 baux existent toujours dans la mer de Beaufort, tandis que les eaux de l’océan Pacifique et du golfe du Mexique restent ouvertes aux forages, comme c’est le cas depuis des décennies. 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus