Nutrition parentérale: les complications hépatiques enfin expliquées

Le 16 octobre 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les produits contenant des oméga 3 innoncentés.
Les produits contenant des oméga 3 innoncentés.
DR

Une équipe américaine a identifié le coupable derrière les complications hépatiques survenant chez les nourrissons alimentés par voie parentérale: il s’agit d’un phytostérol, le stigmastérol, présent dans les produits à base d’huile de soja, selon une étude publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Cet effet secondaire de la nutrition par voie intraveineuse (appelée «parentérale») survient souvent chez les enfants prématurés et ceux atteints de malformations intestinales, qu’il faut nourrir, parfois pendant des années, de cette manière. Selon plusieurs observations, c’est la concomitance du défaut intestinal et de ce type d’alimentation, probablement les lipides présents dans ces produits à base d’huile de soja, qui entraînerait l’insuffisance hépatique doublée d’une rétention de bile (ou «cholestase»).

Oméga 3 innoncentés

Karim El Kasmi, de l’University of Colorado School of Medicine à Aurora, et ses collègues viennent d’identifier le lipide en question: le stigmastérol, l’un des trois phytostérols les plus abondants dans le soja. De quoi innocenter pour de bon les oméga-3, mis en cause par d’autres équipes. Pour cela, les chercheurs ont généré des atteintes intestinales chez de jeunes souris en leur administrant du sulphate de dextrane, puis ont testé divers produits de nutrition parentérale.

Premier constat, la maladie hépatique ne survenait qu’avec les produits à base d’huile de soja, jamais avec ceux à base d’huile de poisson. Deuxième expérience, le fait de retirer les phytostérols de produits à base d’huile de soja protégeait contre la maladie. Enfin, des animaux recevant des produits auxquels du stigmastérol avait été ajouté développaient la complication hépatique.

Selon ces résultats, le stigmastérol suffit à entraîner la cholestase, les atteintes hépatiques et une activation des macrophages du foie (cellules immunitaires), et ce en inhibant les récepteurs nucléaires Fxr et Lxr, ce qui a pour effet la rétention de bile.

La flore intestinale aussi en cause

La flore microbienne intestinale semble aussi impliquée dans le processus, agissant de manière synergique avec le stigmastérol. En particulier les lipopolysaccharides (LPS) présents à la surface de leur membrane, qui franchissent la barrière intestinale du fait des malformations intestinales –celles-là même qui ont nécessité la mise sous nutrition parentérale.

Selon les chercheurs, il y désormais lieu de remplacer les produits de nutrition parentérale à base d’huile de soja par d’autres à base d’huile de poisson ou d’huile d’olive. Lors de précédentes études chez l’homme, le fait de passer d’un produit à base d’huile de soja à un autre à base d’huile d’olive permettait de normaliser le taux d’enzymes hépatiques, indicateur d’une atteinte au foie.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus