Nucléaire: Tokyo présente ses nouvelles normes de sûreté

Le 21 janvier 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des normes qui s'approchent du concept de noyau dur français.
Des normes qui s'approchent du concept de noyau dur français.

La nouvelle autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire (NRA) a présenté, lundi 21 janvier, un projet de durcissement des normes de sûreté des centrales atomiques.??

Le régulateur propose d'exiger, entre autres dispositions, que les centrales équipées de réacteurs à eau bouillante (la technologie employée à Fukushima) soient dotées de systèmes de «venting». Ce dispositif combinerait un système de relâchement de l’air intérieur, empêchant l'accumulation d'une pression excessive dans l'enceinte de confinement en cas de production massive hydrogène, et de filtres pour limiter la contamination du milieu extérieur.

Présenté lors d'une réunion du groupe d'études ad hoc, diffusée en direct sur l'Internet, le document préconise aussi l’installation de systèmes complémentaires de refroidissement des réacteurs et des piscines de stockage du combustible usé, même en cas de très grave accident. Un semblable dispositif vient d’entrer en service sur le site français de Fessenheim.

La NRA recommande aussi la construction de centres de commande des réacteurs, situés à distance de la centrale. S’inspirant des «noyaux durs», préconisés par l’ASN et l’IRSN français, cette salle «bunkérisée» permettrait de conserver le contrôle des installations y compris si ces dernières sont en partie détruites ou inaccessibles [JDLE].??

Ces propositions de standards plus sévères vont être soumises aux commentaires publics avant d'être éventuellement amendées et mises en application cet été. D'ici là, il n'y a à peu près aucune chance que redémarre l'un des 48 réacteurs stoppés, sur les 50 que compte l'archipel.??

Les évaluations de sûreté, qui seront effectuées par l'autorité sur la base des nouveaux critères de sûreté, exigeront en outre du temps, de même que les probables travaux de mise en conformité.?? Ladite autorité nucléaire pourrait cependant accorder un délai pour les travaux et autoriser des réacteurs à redémarrer à condition notamment que les compagnies s'engagent à les mettre aux normes. Cette instance, indépendante du gouvernement pro-nucléaire, a été établie en septembre 2012 pour remplacer la précédente qui, trop inféodée au ministère de l'Industrie, avait failli à sa mission.?



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus