Nucléaire: Tihange 1 est désormais anti sismique

Le 16 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le sous-sol de la centrale nucléaire belge a été conforté.
Le sous-sol de la centrale nucléaire belge a été conforté.
DR

Le sol ne se dérobera plus sous la centrale nucléaire belge.

Personne n’aurait pu l’imaginer. Le 7 septembre 2016, le sol tremble sous les fondations de la tranche 1 de la centrale nucléaire de Tihange. Les berges de la Meuse sont-elles l’épicentre d’un tremblement de terre? Après avoir ordonné l’arrêt du réacteur de 900 mégawatts (MW), l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a mené l’enquête.

Equipements de sûreté endommagés

D’autant que le microséisme a causé quelques dégâts. Le sol du bâtiment abritant les composants auxiliaires (motopompes, turbopompes) s’est soulevé, endommageant quelques équipements vitaux pour la sûreté du réacteur.

Un indice: les mouvements de sol se sont produits alors qu’Engie —exploitant de la centrale belge— réalisait des travaux ordonnés par l’autorité de sûreté en contrepartie d’un allongement de 10 ans de la durée de vie du réacteur.

Melting pot géologique

Une analyse révèle que la nature du sol sur lequel est bâtie l’installation n’est pas conforme aux prévisions. Les experts trouvent pêle-mêle du charbon, du gypse, du grès, des schistes et de la pyrite. Un melting pot géologique qui ne garantit pas la stabilité du site. Et que personne n’avait vu, semble-t-il, lors de la construction du réacteur, au début des années 1970. Gênant.

Depuis, Engie Electrabel a consolidé le sol sous le bâtiment endommagé et réparé les dommages. «Les actions entreprises garantissent un fonctionnement de l'unité en toute sûreté en assurant la résistance sismique attendue des bâtiments», assure la filiale belge du groupe Engie.

L’AFCN ne dit pas autre chose. Et l’autorité de sûreté a donné son accord pour un redémarrage rapide du réacteur. Celui-ci devrait injecter ses premiers électrons le 24 mai. Le seul coût de l’arrêt de la tranche, depuis septembre 2016, est estimé à 144 millions d’euros.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus