Nucléaire: Londres autorise la construction de Hinkley Point

Le 15 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
EDF Ne pourra céder la majorité du capital de sa future centrale avant sa mise en service.
EDF Ne pourra céder la majorité du capital de sa future centrale avant sa mise en service.
EDF Energy

Avec son partenaire chinois, EDF engage le plus cher des investissements de son histoire.

Après 6 semaines de suspense, Theresa May a finalement décidé. Dans un communiqué publié tôt ce jeudi 15 septembre, la Première ministre britannique confirme qu’elle autorise la réalisation de deux réacteurs EPR sur le site de Hinkley Point (Sommerset), propriété d’EDF Energy.

Actionnaire majoritaire

Salué par EDF et le gouvernement français, ce go est toutefois assorti de quelques petites modifications contractuelles. Londres oblige EDF (maison-mère d’EDF Energy) à rester l’actionnaire majoritaire de la future centrale avant la fin de la réalisation des deux tranches. Sauf, bien sûr, autorisation du gouvernement britannique. Pour le moment, le groupe présidé par Jean-Bernard Lévy détient les deux tiers du capital de la future installation.

Plus étonnant, le 10 Downing Street annonce que le Trésor de sa Majesté sera actionnaire (à un niveau non précisé) des prochaines centrales nucléaires. Est directement visé le réacteur que China General Nuclear Power Group (CGNP), le partenaire chinois d’EDF, a, théoriquement, la possibilité de construire au Royaume-Uni.

Technologie chinoise

Donnée par le gouvernement Cameron, cette autorisation était la contrepartie au financement du tiers de la centrale de Hinkley Point C par CGNP. Problème: l’électricien chinois prévoit de bâtir à Sizewell (Suffolk) un réacteur de technologie chinoise (le Hualong) qui n’est pour le moment certifié par aucune autorité de sûreté occidentale.

En revanche, ni le montant initial du devis (23 milliards d’euros), ni les clauses du ‘contrat pour différence’[1], conclu entre le groupe EDF et le gouvernement britannique ne sont remis en cause.

Interrogé sur France Info, Christophe Sirugue, le secrétaire d’Etat français à l’industrie, a estimé que la construction de Hinkley Point allait contribuer à la création de 4.500 emplois dans l’Hexagone.



[1] Lequel prévoit qu’EDF vendra à 109 €/MWh le courant produit pendant les 35 premières années de production des deux EPR. Si ce prix est supérieur au prix de gros du marché, la différence sera compensée à l’électricien par une subvention publique.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus