Nucléaire: les premières victimes de Fukushima

Le 23 mars 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Cavaliere suspend le programme nucléaire italien : la peur de perdre le référendum du 12 juin ?
Le Cavaliere suspend le programme nucléaire italien : la peur de perdre le référendum du 12 juin ?

En Europe, en Chine et aux Etats-Unis, on commence à revoir les stratégies nucléaires. Revue de détail.

 

Alors qu’en France, on attend d’avoir suffisamment de données pour tirer tous les enseignements de la catastrophe japonaise, d’autres pays tranchent dans le vif. La première responsable à dégainer fut Doris Leuthard, la ministre suisse de l’environnement. Le 14 mars, l’ancienne présidente de la Confédération décrète, quelques jours à peine après le tsunami japonais, la suspension des projets de renouvellement de centrales nucléaires, «jusqu'à ce que les normes de sécurité aient été soigneusement réexaminées et, si nécessaire, adaptées». La ministre a senti le vent populaire: dans un sondage publié dans trois quotidiens, 77% des Suisses interrogés se prononcent en faveur de la fermeture à moyen terme des centrales nucléaires.

 

Quelques heures plus tard, Angela Merkel lui emboite le pas. Le 15 mars la chancelière allemande annonce la fermeture immédiate et pour trois mois des 7 réacteurs mis en service en Allemagne «avant la fin 1980». La veille, l’ancienne ministre de l’environnement avait ordonné un moratoire de trois mois sur l’allongement de la durée de vie des centrales nucléaires. Des décisions jugées «pas crédibles» par 81% des Allemands, selon un sondage YouGov publié le 17 mars.

 

Le 16 mars, c’est au tour du gouvernement chinois d’annoncer un gel des nouvelles constructions de réacteurs, le temps de tirer les conclusions de la catastrophe japonaise.

 

Lundi 21 mars, la société américaine Nuclear Innovation North America (Nina) a annoncé qu’elle suspendait son projet de construction de deux réacteurs à eau bouillante sur le site de South Texas. Composé de l’Américain NRG Energy et du Japonais Toshiba, le consortium a indiqué vouloir attendre le retour d’expérience que fera de la catastrophe nippone le régulateur du nucléaire américain,la Nuclear RegulatoryCommission(NRC). Cette décision tombe au plus mal pour ce projet de centrale texane, dans lequel Tepco (l’exploitant de Fukushima Dai Ichi) avait engagé 155 millions de dollars (109,51 millions d’euros). L’autorisation de construction et d’exploitation (la COL, en jargon nucléaire américain) devait, en principe, être attribuée à Nina au début de l’année prochaine. Par ailleurs, la compagnie a déjà commandé une cuve de réacteur au Japonais IHI.

 

Autre décision lourde de conséquences: la pause dans le programme électronucléaire italien. Mercredi, le gouvernement Berlusconi a décidé de geler, pour un an, son calendrier de retour au nucléaire, ont annoncé les médias italiens, citant des sources gouvernementales. Le ministre du développement économique, Paolo Romani, avait vendu la mèche mardi, en soulignant que le moratoire concernait «les décisions et le début de la recherche des sites pour les centrales nucléaires». Cette décision n’est pas tout à fait une surprise. Il y a quelques semaines, l’opposition italienne avait obligé Rome à organiser un référendum. Et la consultation, qui aura lieu le 12 juin, ne s’annonce pas gagnée d’avance pour l’équipe de Silvio Berlusconi.

 

La Botte prévoit de produire le quart de son électricité avec des centrales nucléaires à l’horizon 2030. Aux termes d’un accord signé en 2007, l’Enel italienne et EDF projettent de construire 4 réacteurs EPR. Et l’électricien italien (qui exploite déjà des réacteurs en Slovénie et en Espagne) ne s’interdit pas de s’équiper aussi de réacteurs d’origine américaine ou japonaise.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus