Nucléaire: les peines de militants de Greenpeace alourdies en appel

Le 22 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La cour a été au-delà des réquisitions du parquet.
La cour a été au-delà des réquisitions du parquet.

Deux militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche) en décembre 2011 ont été condamnés, jeudi 22 novembre, par la cour d'appel de Nîmes à 4 mois de prison avec sursis [JDLE].

Les deux activistes se sont vu, en outre, infliger une amende de 1.000 euros pour avoir refusé un prélèvement d'ADN.

La cour a été bien au-delà des réquisitions du parquet général, qui avait requis le 4 octobre à l'audience une amende de 1.500 € contre les deux prévenus, dont un seul était présent, le second travaillant au Sénégal.

Les deux hommes étaient poursuivis pour «violation de domicile et dégradation», ainsi que pour une affaire connexe de «refus de prélèvement d'ADN» pour laquelle le parquet général avait demandé 500 € d'amende.

En première instance, les prévenus avaient été relaxés par le tribunal correctionnel de Privas, alors que le parquet avait réclamé 6 mois de prison avec sursis ainsi qu'une amende comprise entre 1.000 et 1.500 €.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus