Nucléaire: les Chinois arrivent en Angleterre

Le 11 janvier 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Vue d'artiste du projet Sizewell C.
Vue d'artiste du projet Sizewell C.
EDF Energy

Le gouvernement britannique lance la procédure de certification du Hualong One, un réacteur d’origine chinois.

Cette fois, c’est du sérieux. Le gouvernement britannique a engagé, mardi 10 janvier, la procédure de certification du réacteur chinois HPR1000 (Hualong One), proposé par General Nuclear Services (GNS).

Peu connu du public, GNS est la co-entreprise conçue par EDF et China General Nuclear Power Corporation (CGNPC) en charge de la construction et de l’exploitation des réacteurs chinois au Royaume-Uni.

Partenariat stratégique

Dans le cadre de leur accord stratégique, conclu en octobre 2015, EDF et CGNPC vont construire deux réacteurs français EPR sur le site de Hinkley Point (Somerset). L’énergéticien français détiendra 66,5% de cette centrale nucléaire, dont le coût de construction est évalué à 23 milliards d’euros. Mais il ne s’interdit pas de céder une quinzaine de pourcents du capital par la suite.

En contrepartie de son coup de pouce financier, CGNPC entend bâtir deux réacteurs Hualong One à Sizewell (Suffolk) et à Bradwell (Essex) : une première en Europe. EDF apportera 33,5% du financement, contre 66,5% pour son partenaire chinois.

D’une puissance de 1.140 mégawatts électriques (MWe), le réacteur Hualong One est un réacteur à eau pressurisée. Conçu par CNNC et CGNPC, il est basé sur le modèle M310 (les réacteurs français construits à Day Bay et à Ling Ao). Six réacteurs de ce type sont en construction en Chine. Les premiers entreront en service en 2019.

Mais nous n’en sommes pas encore là. Avant de couler les premiers bétons, la conception générale du Hualong One doit encore être certifiée par l’Office for Nuclear Regulation et l’Environment Agency. La délivrance du generic design assessment (GDA) pourrait intervenir dans un délai de 4 ans, estime-t-on outre-Manche, et ne concernera que le projet de Bradwell, confirme EDF Energy.

Ce après quoi, GNS devra engager les enquêtes publiques réglementaires. Ce qui, là encore, prendra quelques années.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus