Nucléaire: le Grand carénage d’EDF coûtera plus de 55 milliards

Le 20 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La prolongation de la durée de vie des centrales n'est pas acquise selon l'ASN
La prolongation de la durée de vie des centrales n'est pas acquise selon l'ASN

Interrogé sur une prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclaré, ce 20 février, qu’elle n’était pas acquise au regard des objectifs majeurs de sûreté. Par ailleurs, les coûts avancés par EDF –environ 55 milliards d’euros pour la modernisation de ses 58 tranches - sont largement sous-estimés.

A la demande de François Brottes, président de la commission d’enquête sur la filière nucléaire de l’Assemblée, Pierre-Franck Chevet a juré de dire toute la vérité. «A défaut de parler en toute liberté, je parlerai en toute indépendance», a ajouté, tout en nuances, le patron de l’ASN.

 

Il a surtout profité de cette audition (la seconde en une semaine) pour rappeler la position de l’ASN: «la prolongation des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans n’est pas acquise au regard des objectifs majeurs de sûreté», a-t-il déclaré en introduction.

 

Notons que contrairement aux Américains, qui autorisent les prolongations de durée de vie (jusqu’à 60 ans!) en conservant les standards de sûreté en vigueur lors du démarrage des réacteurs, l’ASN réactualise en permanence les référentiels de sûreté. Résultat: l’allongement de la durée de vie des réacteurs français nécessitera d’importants travaux de modernisation.

 

Autre précision: les fameux 40 ans de durée d’exploitation ne courent qu’à partir de la visite de contrôle initial (VCI), elle-même organisée trois ans après le démarrage du réacteur. Il s’agit donc plutôt d’une prolongation au-delà de 43 ans.

 

Quid des cuves et des enceintes de confinement?

Le manque de confiance du gendarme du nucléaire a deux origines: le vieillissement des cuves en acier des 58 réacteurs français et la qualité de construction de certaines enceintes de confinement, notamment dans les centrales de Tricastin (Drôme-Vaucluse) et de Belleville (Cher).

 

Il faut encore ajouter plusieurs points d’inquiétude, listés par l’ASN le 28 juin 2013 quant à l’évolution des piscines de stockage du combustible, des circuits de refroidissement et du système de récupération du cœur fondu. «On attend désormais les réponses précises d’EDF, avant de faire intervenir nos groupes permanents d’experts», a précisé le président de l’Autorité de sûreté.

 

Une charge «hors du commun»

Aux questions de remise à niveau s’ajoute la question de la maintenance, qui compte pour 50% de la sûreté, outre les 50% liés à la conception de l’installation. Et sur ce point, l’avenir n’est pas plus rassurant, comme l’avait démontré l’ASN lors de sa précédente audition du 13 janvier.

Pierre-Franck Chevet avait déjà expliqué que la moitié des 700 événements significatifs de sûreté notifiés en 2013 par EDF concernaient des problèmes de non-qualité de la maintenance, et que l’exploitant semblait débordé par les travaux qu’il avait lui-même décidé. Il a ajouté ce 20 février que la charge liée à la prolongation des réacteurs était «hors du commun pour EDF, alors que l’exploitant a déjà du mal à gérer ses arrêts de tranche».

 

Une facture de 55 Md€ revue à la hausse

Côté financement, la facture de 55 milliards d’euros pour le Grand carénage, évaluée par l’exploitant à l’horizon 2025, doit d’ores et déjà être revue à la hausse. «Deux éléments nouveaux se sont ajoutés à nos prescriptions post-Fukushima. Nous avons en effet rejeté la solution présentée par EDF pour éviter la fusion du cœur et nous avons demandé un nouveau dispositif pour protéger l’enceinte du réacteur en cas de fusion du cœur», a annoncé Pierre-Franck Chevet.

 

Alors que 34 réacteurs de 900 mégawatts ont aujourd’hui entre 25 et 30 ans, la prolongation souhaitée par EDF n’est pas prête d’obtenir le feu vert de l’ASN. L’Autorité devrait présenter un premier avis global en 2015 et précisera ses conclusions, réacteur par réacteur, en 2018-2019.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus