Nucléaire: la pression des anti-nucléaire s’accentue

Le 17 mars 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les personnalités politiques et organisations appelant à un débat sur l’énergie ou à une moindre utilisation de l’énergie atomique s’accroît. L’eurodéputé Verts Daniel Cohn Bendit a appelé la gauche à ouvrir «un grand débat d’un ou deux ans» avant d’organiser «un référendum sur la sortie du nucléaire et ses modalités». Une proposition à laquelle pourrait aussi souscrire le parti de gauche (PDG). Dans un communiqué publié jeudi après-midi, le PDG appelle aussi «à la sortie du nucléaire par la planification écologique: économies d'énergie et développement des énergies renouvelables (éoliennes, solaire, géothermie…)».

 

Parallèlement, le réseau Action-climat lance un «appel solennel au gouvernement français» pour qu’il tire «les conséquences de l’accident japonais». Le réseau associatif demande notamment «l’arrêt de tous les projets électro-nucléaires en cours, le renoncement à la prolongation de l’exploitation des réacteurs ayant atteint ou dépassé les 30 ans de fonctionnement, l’arrêt complet de tous les projets portés à l’étranger par l’industrie nucléaire française.»

 

Malicieux, des analystes de la Société Générale font remarquer que si les pays de l’OCDE qui exploitent des centrales nucléaires abandonnaient du jour au lendemain cette source d’énergie (hypothèse hautement improbable) les centrales thermiques appelées à leur succéder alourdiraient d’un bon milliard de tonnes les émissions anthropiques annuelles de gaz carbonique.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus