Nucléaire: la première centrale flottante a divergé

Le 05 novembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
l’Akademik Lomonosov pèse deux fois moins lourd que le porte-avion français.
l’Akademik Lomonosov pèse deux fois moins lourd que le porte-avion français.
Rosatom

Les deux réacteurs de l’Akademik Lomonosov ont connu leur première réaction nucléaire.

 

Le nucléaire se jette à l’eau. Avec les sous-marins, les brise-glace et de vieux souvenirs de cargos nucléaires, on pourrait rétorquer que l’aquaphilie de l’atome n’est pas chose nouvelle. Et pourtant. Cette fois, il ne s’agit plus de navires mais d’une véritable centrale nucléaire. Le constructeur russe de centrales nucléaires Rosatom l’a confirmé en fin de semaine dernière, l’Akademik Lomonosov a divergé le 2 novembre.

21.000 tonnes

Basée pour le moment à Mourmansk, ce drôle d’engin ne ressemble à rien de connu. Long de 144 mètres et affichant un déplacement de 21.000 tonnes (la moitié de celui du porte-avion Charles de Gaulle), l’Akademik est en fait la première centrale nucléaire flottante. Abritant deux réacteurs KLT-40S, de 35 MWe de puissance unitaire, cette installation a été conçue pour alimenter des villes isolées non raccordées au réseau de transport d’électricité.

mort de Bilibino

La barge devrait être remorquée au printemps prochain vers Pevek, son futur port d’attache, situé en Tchoukotka, à plus de 5.000 kilomètres au nord-est de Moscou. L’Akademik Lomonosov remplacera la centrale nucléaire de Bilibino (58 MW), la plus septentrionale du monde.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus