Nucléaire: la France poursuit le traitement des combustibles néerlandais

Le 02 janvier 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réacteur de Borssele doit fonctionner jusqu'en 2033.
Le réacteur de Borssele doit fonctionner jusqu'en 2033.
EPZ

Le gouvernement a publié, au Journal officiel du 31 décembre, l’accord conclu avec les Pays-Bas portant sur le retraitement des combustibles usés néerlandais.

 

Signée à La Haye le 20 avril 2012, cette convention prévoit qu’Areva poursuive le retraitement des combustibles usés produits par la centrale néerlandaise de Borssele (REP de 500 mégawatts électriques) jusqu’à 2050.

 

Cet accord complète en fait celui, signé en 1979, qui accordait le monopole du traitement des déchets néerlandais à l’ex-Cogema. Dans ce cadre, 306 tonnes de combustibles ont déjà été réceptionnées à l’usine de La Hague (sur les 350 prévues) et 275 tonnes ont été traitées.

 

Le plutonium issu de ces opérations sert à la fabrication de combustible MOX à l’usine Melox. Ce combustible est retourné aux Pays-Bas: le gouvernement néerlandais ayant autorisé l’exploitant EPZ à «moxer» son réacteur à partir du 1er janvier 2014.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus