Nucléaire: la facture du démantèlement s’alourdit pour Engie et EDF

Le 14 décembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
EDF Luminus détient 10% des parts de Doel 3 et 4.
EDF Luminus détient 10% des parts de Doel 3 et 4.

Près de 2 milliards. C’est ce qu’Engie devra provisionner en plus pour assurer le financement de ses deux centrales nucléaires belges. EDF devra aussi passer à la caisse.

Outre-Quiévrain, la loi impose de réviser, tous les trois ans, le financement du démantèlement des 7 réacteurs en service dans le royaume et la mise en sécurité des combustibles usés. Au 31 décembre 2015, Engie avait donc provisionné dans ses comptes 8,4 milliards d’euro: 43% pour le démantèlement des centrales, 57% pour la gestion des déchets.

Lundi 12 décembre, Electrabel et Synatom, les deux filiales d’Engie en charge de son parc atomique, ont reçu le rapport triennal de la Commission des provisions nucléaires.

Ce dossier détaille le scénario de fin de vie des réacteurs, la gestion des matières fissiles irradiées, les coûts et la planification des opérations. Sans oublier la méthode de calcul. C’est de là que vient la mauvaise surprise pour le groupe dirigé par Isabelle Kocher.

Pour protester contre l’incapacité supposée du groupe à financer son programme nucléaire, des militants de Greenpeace ont bloqué l’entrée du siège social d’EDF, dans la matinée de mercredi 14 décembre. L’opérateur historique a annoncé son intention de déposer plainte.

D’un rapport à l’autre, la CPN a changé le taux d’actualisation, qui passe de 4,8% à 3,5%, toujours avec un taux d’inflation de 2%. La Commission a aussi pris en compte l’allongement légal de la durée de vie des réacteurs belges. En conséquence, Engie devra accroître de 1,8 milliard ses provisions pour le démantèlement et la gestion des combustibles. Pour l’énergéticien, le montant de la facture du post-nucléaire s’élève désormais à 10,2 Md€.

Le groupe franco-belge n’est pas le seul concerné par les conclusions de la CPN. EDF Luminus dispose de 10% de participations dans Tihange 2 et 3 et Doel 3 et 4. EDF Belgium détient en direct une participation de 50% dans l'unité n°1 de la centrale de Tihange. Le groupe français devra, lui aussi, accroître ses provisions. Pour le démantèlement du nucléaire belge, cette fois.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus