Nucléaire: l’ASN autorise EDF à colmater l’enceinte de Bugey 5

Le 04 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'enceinte de Bugey 5 souffre d'une petite fuite.
L'enceinte de Bugey 5 souffre d'une petite fuite.
EDF / MATTHIEU COLIN

Lundi 3 avril, l’autorité de sûreté nucléaire a autorisé l’exploitant à réparer l’enceinte de confinement de l’un des réacteurs de la centrale du Bugey (Ain).

 

A l’occasion d’une épreuve de pressurisation, un défaut d’étanchéité de l’enceinte intérieure de la cinquième tranche de la centrale nucléaire du Bugey avait été observé en 2011, lors de la troisième visite décennale. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait prescrit de nouveaux tests.

Réalisés en 2015, lors d’un arrêt pour rechargement de combustible, ces essais ont «ont mis en évidence une dégradation de l’étanchéité du revêtement métallique de l’enceinte par rapport à l’épreuve précédente réalisée en 2011, et ont permis de localiser des fuites au niveau de la partie basse du bâtiment du réacteur», indique le gendarme du nucléaire français, dans un communiqué.

Une fuite de Quelques millimètres carré

Dans la partie basse du bâtiment réacteur, certes, mais plus précisément? Dans son rapport d’évaluation des investigations menées par EDF, l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) souligne que le lieu exact de la fuite n’a pu être localisé, du fait de sa petite taille (quelques millimètres carré) «et de l’état de propreté partielle dans certaines zones après désencombrement (présence résiduelle de cire et de  ciment notamment).»

Pour boucher le (ou les) trou(s), EDF propose d’enduire la partie basse de la paroi de l’enceinte d’un enduit composé de lait de chaux et de revêtement composite (déjà utilisé dans l’enceinte d’autres réacteurs). Une solution validée par l’IRSN.

L’ASN a donc autorisé l’électricien à rafistoler l’enceinte de Bugey 5. Ce n’est qu’après avoir contrôlé la bonne exécution des travaux qu’elle pourra autoriser (ou non) le redémarrage de ce réacteur mis en service en 1980. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus