Nucléaire: grave incident à Flamanville 1

Le 09 février 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'incendie dans la salle des machines de Flamanville 1 a été rapidement maîtrisé.
L'incendie dans la salle des machines de Flamanville 1 a été rapidement maîtrisé.
VLDT

Un incendie s’est déclaré dans la salle des machines du réacteur n°1 de la centrale cotentinoise. Il a été maîtrisé par les équipes d’EDF.

La série noire continue pour le parc nucléaire d’EDF. Ce jeudi 9 février, la centrale normande de Flamanville a été le théâtre d’un incident grave, sans conséquence radiologique, aux dires d’EDF.

Vers 9h40, indique l’électricien dans un communiqué, «un départ de feu entraînant une détonation s’est produit dans la salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucléaire de Flamanville, en zone non nucléaire».

Plusieurs dizaines de pompiers mobilisés

L’incendie «a été immédiatement maîtrisé par les équipes de la centrale», poursuit l’exploitant. Arrivés par la suite, plusieurs dizaines de pompiers de plusieurs centres de secours de la Manche ont constaté l’extinction des flammes.

Conformément aux règles de sûreté, le réacteur a été déconnecté du réseau électrique.

Interrogé par Ouest France, Olivier Marmion, directeur de cabinet du préfet, estime qu’il s’agit d’un événement technique significatif, mais pas d’un accident nucléaire. Aucun blessé n’est à déplorer, mais 5 techniciens d’EDF ont été intoxiqués par les émanations de l’incendie.

Causes inconnues

Les causes du sinistre ne sont pas encore connues. «Un ventilateur a explosé dans une zone non nucléaire», a indiqué à l'AFP peu avant midi le préfet de la Manche Jacques Witkowski.

La centrale voisine de Paluel est arrêté depuis près de deux ans, à la suite de la chute accidentelle d’un générateur de vapeur du réacteur n°2. Il y a quelques jours, le gouvernement a dû légiférer pour éviter sa mise à l’arrêt définitive. Les problèmes de qualité d’acier de certains générateurs de vapeur ont, par ailleurs, entraîné de nombreux arrêts de tranche qui réduiront la productivité du parc nucléaire d’EDF en 2016, et probablement en 2017.

Un jour d’arrêt de réacteur représente, en moyenne, un manque à gagner d’un million d’euros pour EDF.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus