Nucléaire: du nouveau dans la sûreté des installations françaises

Le 17 décembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'IRSN au rapport.
L'IRSN au rapport.
DR

Comme chaque année à pareille époque, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) fait le point sur la sûreté des installations françaises. Le 16 décembre, l’institut de Fontenay-aux-Roses a rendu public son habituel dossier sur les réacteurs de puissance d’EDF ainsi que son étude biannuelle sur les autres installations nucléaires.

 

Pour les 58 réacteurs électrogènes, l’année 2012 a été satisfaisante. Certes, le nombre d’incidents est en hausse d’environ 10% (soit un millier d’événements), «mais aucun n’a remis en cause la sûreté de l’installation, pas même le début d’incendie sur l’une des pompes de la centrale de Penly», note Thierry Charles, directeur général adjoint, chargé de la sûreté nucléaire.

 

Autre point de satisfaction: la poursuite de la réduction des doses reçues par les personnels d’EDF: aucun travailleur n’a reçu, dans l’année, plus de 14 millisieverts, ajoute Thierry Charles.

 

L’analyse des incidents recensés par l’IRSN montre une augmentation des événements «génériques», qui se produisent dans la même année dans plusieurs installations. «Cela doit obliger EDF à accroître son action en matière de conformité de ses installations au référentiel de sûreté», souligne Thierry Charles. L’opérateur devra aussi améliorer la transmission de compétences, en matière de conduite notamment, entre les opérateurs qui partiront bientôt en «inactivité» et leurs successeurs.

 

Le bilan du second rapport n’est pas aisé à réaliser, tant est grande la diversité des installations concernées: usine de retraitement de La Hague, laboratoires de recherches, réacteurs expérimentaux.

 

«Ce qui rend impossible la confirmation de grandes tendances», regrette Thierry Charles. Pour autant, on remarque la hausse de 10% du nombre d’incidents, liés souvent à la manutention et à l’obsolescence de certains équipements de contrôle et de mesure. «Ce qui nous amène à recommander une plus grande vigilance sur l’organisation de la maintenance, mais aussi à maintenir, voire renforcer, la vigilance à propos du vieillissement de ces installations», estime Thierry Charles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus