Nucléaire: des programmes de sûreté d’Areva et du CEA à revoir

Le 29 janvier 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La piscine de refroidissement de La Hague.
La piscine de refroidissement de La Hague.
Areva

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) épingle certains des programmes de renforcement de la sûreté d’Areva et du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Dans un communiqué mis en ligne mercredi 28 janvier, l’ASN annonce imposer aux deux exploitants «des prescriptions complémentaires relatives au noyau dur et à la gestion des situations d’urgence applicables à leurs installations et à leurs sites».

Areva devra notamment préciser son appréciation du risque sismique pesant sur ses installations de La Hague et de Romans-sur-Isère. Le CEA devra réviser ou apporter des précisions à ses stratégies de durcissement de la sûreté pour 6 installations situées à Cadarache ainsi que pour le réacteur expérimental Atalante, installé à Marcoule.

Présenté 8 mois à peine après Fukushima, le concept de noyau dur vise à disposer de structures et d’équipements résistant à des événements extrêmes assurant les fonctions fondamentales pour la sûreté des installations et pour la gestion de crise du site. Il s’agit de protéger les matériels nécessaires à la maîtrise des fonctions de sûreté vis-à-vis d’aléas notablement supérieurs à ceux retenus pour le dimensionnement des installations.

Outre les exigences relatives au noyau dur, l’ASN a demandé aux exploitants, pour la gestion des situations d’urgence, de prendre les dispositions nécessaires pour assurer un fonctionnement autonome des équipements «noyau dur» pour les premières 48 heures dans une situation extrême, et prévoir des dispositions permettant un réapprovisionnement extérieur (eau, électricité, fuel…) au-delà de cette durée; pour assurer le renvoi automatique et robuste des informations-clés sur l’état de l’installation (niveaux d’eau, température…) vers les locaux de gestion des situations d’urgence; et pour assurer, au niveau de chaque site, un renfort (personnels, matériels…) permettant la gestion à long terme d’une situation extrême.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus