Nucléaire: des diesels de secours incertains pendant le séisme

Le 07 février 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Fiables, les groupes diesel de secours ?
Fiables, les groupes diesel de secours ?
DR

L’ASN a mis à jour de nouveaux défauts portant sur les groupes électrogènes de 9 centrales nucléaires.

 

Ce n’est pas anodin. Jeudi 6 février, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a classé au niveau 2 de l’échelle Ines[1] une série de malfaçons affectant les groupes diesel de secours de 8 réacteurs nucléaires d’EDF[2].

Ces groupes électrogènes assurent de façon redondante l’alimentation en électricité de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes. «En cas de séisme conduisant à une perte des alimentations électriques externes, le fonctionnement des diesels de secours pourrait ne plus être assuré, en raison de ces défauts», indique une note de l’ASN.

trois types de défauts

Ces défauts sont de trois types : mauvais montages de raccords en élastomère de tuyauteries, corrosion de certaines portions de tuyauteries ou de leurs supports, défauts de connectique au niveau de certaines armoires électriques.

Des défauts comparables, mais de moindre ampleur, ont également été détectés sur 8 autres réacteurs. Cet incident a été classé au niveau 1[3].

Des défauts similaires avaient déjà été constatés par EDF sur les diesels de secours de réacteurs de 900 MWe et avaient fait l’objet d’un événement significatif classé au niveau 1 en octobre 2019.

La plupart des défauts constatés ont été réparés par EDF, indique l’ASN. Pour ce qui concerne le mauvais montage de raccords en élastomère, l’exploitant devra exercer une surveillance renforcée jusqu’au prochain arrêt du réacteur, au cours duquel ils seront remplacés.



[1] L’ échelle internationale de gravité des événements nucléaires compte 8 échelons, allant de l’écart (niveau 0) à l’accident majeur (niveau 7). Le niveau 2 correspond à un «incident».

[2] Dans les centrales de Flamanville, Paluel, Belleville, Nogent et Penly.

[3] Dans les centrales de Paluel, Belleville, Saint-Alban, Cattenom, Chooz, Civaux et Penly.