Nucléaire: de l’iode pour tous les Belges

Le 29 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Périmètre de 20 km autour des sites nucléaires belges.
Périmètre de 20 km autour des sites nucléaires belges.
DR

La Belgique n’est pas un grand pays par la taille et ne compte pas moins de 7 installations nucléaires dans et à proximité de ses frontières. Aussi, quand la ministre de la santé annonce que les riverains des centrales dans un rayon de 100 kilomètres auront droit à leur distribution d’iode, cela revient à en distribuer à tout le monde. Une décision qui survient dans un contexte tendu chez le gendarme belge du nucléaire.

L’iode a mauvais goût. C’est un site officiel belge qui le dit. Pourtant, tous les Belges devront désormais avoir des pastilles d’iode dans leur pharmacie, en cas d’accident nucléaire. Ainsi en a décidé Maggie De Block, la ministre fédérale de la santé, qui a étendu de 20 km à 100 km la distribution préventive de ces comprimés qui saturent la glande thyroïde pour empêcher l’iode radioactif de s’y fixer. «Une priorité serait accordée aux groupes cibles les plus vulnérables, à savoir les enfants, adolescents, femmes enceintes et femmes qui allaitent», a précisé la ministre.

100% du territoire

Ce rayon de 100 km revient, de fait, à inclure toute la Belgique dans le périmètre de distribution[1]. Car le pays compte 4 sites nucléaires d’importance: les centrales nucléaires de Doel et de Tihange, ainsi que les centres nucléaires de Mol-Dessel et Fleurus. Mais elle a aussi des voisins forts encombrants… et fort voisins. La centrale nucléaire de Chooz se situe juste de l'autre côté de la frontière franco-belge. Les autres centrales nucléaires étrangères de Borsele (Pays-Bas), Gravelines et Cattenom (France) se trouvent à une courte distance, entre 20 et 30 km, en ligne droite.            

 

Pastille d'iode, mode d'emploi (en Belgique) - N'avalez pas les comprimés seuls: faites-les dissoudre dans un grand verre d'eau tiède. Comme le goût n'est pas très agréable, vous pouvez aussi utiliser du lait ou du jus de fruit. Les comprimés ne se dissolvent pas facilement. Cassez-les d'abord en petits morceaux et mélangez dans le verre. Pour administrer de l'iode à un bébé, faites dissoudre la dose indiquée dans son biberon que vous secouerez vivement.

Le gendarme tancé

Cette décision fait suite à des préconisations récentes du Conseil supérieur de la santé belge, sollicité dans le cadre de la révision du ‘plan d’urgence nucléaire’, qui date de 2003, et alors qu’un début de scandale secoue l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). Dans un rapport d’audit «d’une septantaine de pages» qui a fuité dans la presse et dont la radio télé publique belge (RTBF) se fait l’écho, il est question de «tensions, de manque de leadership et de craintes en interne pour l'indépendance de l'Agence». L'AFCN serait «dans une situation de crise quasi permanente», avec le sentiment que «l'indépendance de l'Agence vis-à-vis du monde politique et économique diminue progressivement». Ce qui est fort embêtant, puisqu’il s’agit du gendarme du nucléaire (l’équivalent de l’Autorité de sûreté nucléaire française). L'audit pointe une culture de la communication défaillante, liée à une «culture cartésienne typiquement scientifique». L’AFCN a prévu de communiquer ce 29 avril, après la tenue de son conseil d’administration.

Des micro-fissures par milliers

Tout cela intervient alors que l'Allemagne et le Luxembourg réclament la fermeture des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2. En cause: des milliers de micro-fissures dans les parois en acier de la cuve des réacteurs découvertes en 2012. En mars 2016, la justice belge a refusé de contraindre Electrabel à réaliser des études complémentaires sur la sûreté de ces tranches.

 



[1] Sauf le village de Antoing, dans le Hainaut, situé à plus de 100 km de toute source radioactive, selon la presse belge.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus