Nucléaire: création d’un observatoire populaire de la sûreté

Le 06 novembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pro nucléaire, l'eurodéputée slovène Romana Jordan pourrait partiper à la création du NTW.
Pro nucléaire, l'eurodéputée slovène Romana Jordan pourrait partiper à la création du NTW.
DR

L’Europe de l’atome est déjà une histoire ancienne. Le traité instituant la Communauté européenne de l'énergie atomique (le traité Euratom) a été signé à Rome en 1957. Les autorités de sûreté ont leur club euro: Wenra. Et Eurelectric réunit les exploitants de réacteurs. Bref, tout le monde se réunit, se rencontre et discute. Tout le monde? Sauf, peut-être, les riverains des installations nucléaires. C’est ce vide béant qu’ont voulu combler une douzaine de parlementaires européens, mais aussi des ONG, telle Greenpeace ou l’association française des comités et commissions locales d’information (Anccli).

Jeudi 7 novembre, à l’initiative de l’eurodéputée EELV Michèle Rivasi et de Jean-Claude Delalonde, le président de l’Anccli, sera donc lancé le réseau européen pour l’amélioration de la transparence et de la sûreté nucléaire (NTW). «Son objectif, explique Michèle Rivasi, est d’avoir accès à l’information qui est d’habitude interdite aux citoyens.»

Réunissant pour le moment une douzaine d'eurodéputés, pro-nucléaires (la slovène Romana Jordan est intéressée par la démarche), anti-nucléaires (Corinne Lepage) et de toutes couleurs politiques, le NTW ambitionne d’être, tout à la fois, le poil à gratter de la sûreté et «un appui aux ONG». «En fait, poursuit Jean-Claude Delalonde, il s’agit d’adapter au niveau européen le modèle français des commissions locales d’information et de réunir la diversité de la société civile sur un sujet aussi important que la sûreté nucléaire.»

Ce qui nécessitera quelques subsides. Fonctionnant uniquement sur la base du bénévolat, le NTW dispose, en tout et pour tout, d’une subvention de 50.000 euros, octroyée par la fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme. Cette manne devrait lui permettre de réaliser un rapport sur l’état des lieux de la sûreté en Europe, dans le courant de l’année prochaine.

La suite relève de l’inconnu. NTW souhaite décrocher une subvention de la Commission. Mais il se pourrait que Bruxelles attende le résultat des prochaines élections européennes pour donner sa réponse.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus