Nouvelle-Zélande: reprise du pompage des cuves du Rena

Le 19 octobre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les opérations de pompage du carburant du cargo échoué au large de la Nouvelle-Zélande devaient reprendre, ce mercredi 19 octobre, après le retour à bord d'une équipe évacuée la veille en raison du mauvais temps, a annoncé le Service maritime néo-zélandais (MNZ).

Le Rena, dont la coque est fragilisée en plusieurs endroits, reste d'un seul tenant malgré plusieurs forts coups de vent qui l'ont dangereusement balloté sur le récif où il s'est échoué le 5 octobre, au large de Tauranga (île du nord).

Ce porte-conteneurs battant pavillon libérien a déjà libéré dans la mer quelque 330 tonnes de fioul qui ont souillé la mer et les rivages de la baie de Plenty, l'une des plus belles de Nouvelle-Zélande, créant une énorme émotion dans le pays.

Faute de pouvoir renflouer le navire en toute sécurité, les autorités cherchent à vider ses cuves qui contiennent encore 1.300 tonnes de carburant. Des pompes ont été installées à bord, reliées à une barge située à 800 mètres du cargo. Mais les opérations sont ralenties par le mauvais temps.

Depuis le début des opérations lundi, 90 tonnes de carburant ont été pompées, au rythme de 20 tonnes par heure. Mais du fioul continue de s'échapper en petites quantités.

Le capitaine philippin et son second ont été arrêtés et inculpés pour conduite dangereuse, avant d'être libérés sous caution. Selon Auckland, ils pourraient avoir conduit le navire trop près de la côte afin de gagner du temps.
 
L’affréteur du porte-conteneurs, la Mediterranean Shipping Company, a par ailleurs offert 1 million de dollars néo-zélandais (578.000 euros) pour financer la dépollution des plages. Ce qui est très largement insuffisant. Car, de l’avis de Steven Joyce, le ministre néo-zélandais des transports, le montant des investissements nécessaires s’élève, pour le moment, à plus de 4 millions de dollars NZ.
 
Le navire transporte 1.368 conteneurs, dont 88 sont tombés à la mer. Parmi la cargaison se trouvent 4 conteneurs remplis de ferro-silicium, un alliage de fer et de silicium qui peut être explosif dans certaines conditions.
 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus