Nouvelle tentative pour mettre le fret ferroviaire sur les rails

Le 18 septembre 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lors du dernier Conseil des ministres, Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau ont présenté leur plan de relance du fret ferroviaire, afin d’atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement de porter la part de transports de marchandises alternatifs à la route de 14 à 25% à l’horizon 2022. Après plusieurs tentatives (1), la France tente à nouveau de donner un coup d’accélérateur à ce mode de transport. «De la même façon que nous sommes passés, il y a quelques années, pour le transport des voyageurs, du Corail au TGV, nous devons aujourd’hui avoir une grande ambition pour le transport de marchandises et passer au ‘fret ferroviaire de l’avenir’», a indiqué Jean-Louis Borloo.

Cet engagement national, qui correspond à un investissement public global de plus de 7 milliards d’euros d’ici 2020, s’appuie sur plusieurs axes de développement, déterminés avec le Réseau ferré de France (RFF), et les opérateurs ferroviaires. «Au moins un milliard d’euros devront être consacrés par la SNCF pour ces investissements innovants dans les 5 prochaines années», a précisé le ministre d’Etat. Il s’agit de créer un véritable réseau d’«autoroutes ferroviaires» et de développer le transport combiné afin de mettre camions et conteneurs sur les trains, de développer le fret ferroviaire express en utilisant les lignes à grande vitesse en dehors des heures de pointe, ou encore de traiter le fret comme une priorité dans la gestion des sillons (temps de parcours et respect des horaires). Au final, ce plan devrait permettre une réduction annuelle de plus de 2 millions du nombre de trajets de poids lourds sur les routes françaises, et de plus de 2 millions de tonnes d’émissions de CO2. Dans un communiqué, Michel Dubromel, responsable du réseau Transports de France nature environnement, qualifie «ce programme d’action très complet, et [représentant] une concrétisation des engagements du Grenelle».

La relance du fret commencera dès cette année avec le lancement de projets tels qu’un appel d’offres franco-italien pour le service d’autoroute ferroviaire alpine entre Lyon et Turin, ainsi que le doublement des fréquences des navettes ferroviaires entre Luxembourg et Perpignan. La loi permettant la création de l’autorité de régulation des activités ferroviaires de proximité sera aussi promulguée. Seul regret pour FNE, «pour des projets stratégiques comme le Grand Paris (qui voit transiter 30% du trafic de fret ferroviaire), nous sommes surpris que ce sujet ne soit pas pris en compte».

(1) Dans le JDLE «Des plans pour revaloriser le fret ferroviaire»; «Fret ferroviaire: l’espoir de l’ouverture du marché»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus