Nouvelle réponse de l'UFC au Sedif

Le 15 mars 2006 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

A la suite de la réponse du Syndicat des eaux de l'Ile-de-France (Sedif) à l'enquête de UFC-Que choisir sur les profits élevés que réaliseraient plusieurs villes françaises dans le domaine de l'eau, l'association de consommateurs contre-attaque (1). Elle réaffirme que le prix facturé au consommateur sur le territoire du Sedif est 2,5 fois plus important que son prix de revient, soit un taux de marge de 59%. Revenant sur le choix qu'elle a fait de considérer uniquement la consommation résidentielle et non les volumes concédés aux entreprises, l'association assure que la surfacturation aurait été plus élevée si elle avait effectué ses calculs en prenant en compte les 69 millions de mètres cubes (m3) vendus en gros.

L'UFC revient également sur le coût de l'énergie que le Sedif déclare à 3,6 centimes contre 2 centimes pour l'association qui assure que cela fait seulement réduire le taux de marge de 59,6 à 59%. Sur l'amortissement pour les ouvrages de production, elle regrette le manque de précision sur le taux d'endettement, le taux de subvention, la durée d'amortissement ou la ventilation poste par poste. L'UFC s'interroge aussi sur le manque de commentaire sur l'amortissement du réseau de tuyaux qui représente le poste de coût le plus important. Son président, Alain Bazot, rappelle qu'il n'a pas eu de réponse de la part du Sedif à sa demande de rendre publique la restitution des coûts propres au syndicat. Le débat est donc loin d'être clos…



(1) Voir articles «Prix de l'eau: le Sedif conteste l'étude de l'UFC» en date du 10/03/06 et «Prix de l'eau: des profits critiqués» du 31/01/06.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus