Nouvelle initiative pour réduire les rejets de méthane

Le 04 octobre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Une nouvelle initiative mondiale visant à réduire les émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre (GES), tout en favorisant le développement des énergies propres, a été lancée par un partenariat international public-privé vendredi 1er octobre, lors d’une réunion ministérielle à Mexico, selon un communiqué de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

L’initiative prend le relais du partenariat existant « Methane to Markets » lancé en 2004 par les Etats-Unis, auquel l’UE a adhéré en 2007 [voir le JDLE] et qui réunit 38 pays, à l’origine de près de 70 % des émissions mondiales de méthane (CH4).

La nouvelle structure « Global Methane Initiative » préconise de renforcer l’action internationale. Elle propose d’étendre sa portée à de nouveaux secteurs producteurs de méthane, notamment les eaux usées urbaines, et grâce à des plans d’action coordonnés et de nouveaux soutiens financiers.

Les Etats-Unis s’engagent à financer à hauteur de 50 millions de dollars (36,53 millions d’euros) sur 5 ans et espèrent que d’autres pays développés s’associeront à cet effort. Près de 480 millions $ (350,68 millions €) ont été levés par l’initiative précédente « Methane to Markets ». Ce qui a permis de financer plus de 300 projets dans l’agriculture, l’exploitation de charbon, les centres d’enfouissement de déchets et le secteur du pétrole et gaz. Ces opérations ont aussi permis d’éviter l’émission de 60 millions de tonnes équivalent CO2 par an.

Un effort global accru de réduction du méthane permettrait d’éviter l’émission de plus de 1,5 milliard de teqCO2 d’ici 2020, soit l’équivalent des émissions annuelles de plus de 280 millions de voitures, souligne l’EPA. Le principal composant du gaz naturel a un pouvoir de réchauffement global 25 fois plus élevé que celui du gaz carbonique. Il est également un précurseur de l’ozone troposphérique, un polluant de l’air à l’origine de pathologies respiratoires et de décès chez l’homme.

« La réduction du méthane, en parallèle avec les autres stratégies de réduction des GES, joue un rôle critique dans la relève de ce défi [du changement climatique]. Le méthane représente approximativement 18 % de la contribution humaine au changement climatique, et les émissions de méthane sont responsables de près d’un tiers du réchauffement actuel de la planète. Les projets peuvent fournir du méthane pour la production locale d’énergie et renforcer la sécurité énergétiques », indique la déclaration ministérielle de Mexico.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus