Nouvelle contamination au tritium détectée dans l’Essonne

Le 15 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) indique dans une note d’information du 14 décembre qu’une contamination au tritium[1] a été constatée sur un deuxième site à Bondoufle, dans l’Essonne.

Le 3 novembre dernier, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) informait les autorités de sûreté nucléaire qu’un salarié d’une de ses entreprises prestataires (société 2M Process située dans le Val-de-Marne) présentait une contamination au tritium, détectée lors d’un dépistage de routine (dans le JDLE). Le « tamis moléculaire » expérimental utilisé par le salarié avait été préalablement utilisé pour filtrer du tritium, ce qui avait causé la contamination à l’insu de tous, le matériel étant répertorié comme neuf.

Depuis, l’IRSN mène à la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) des investigations pour évaluer les doses de rayonnement reçues par les salariés de 2M Process et leurs visiteurs. Il ressort des expertises que le tritium a contaminé l'ensemble des locaux de 2M Process, 6 de ses salariés, ainsi que des riverains.

« Les analyses urinaires des visiteurs présents sur le site de la société Etude et Diffusion à Bondoufle ont permis de mettre en évidence sur ce site une contamination par du tritium jusqu’alors insoupçonnée », annonce l’IRSN.

Des traces résiduelles de contamination ont été détectées dans l'air intérieur des locaux (28 becquerels par mètre cube) et du tritium a été décelé dans certains échantillons de végétaux à l'extérieur du bâtiment.

Cette nouvelle contamination s’avère beaucoup moins importante que celle relevée à Saint-Maur, qui atteignait 200.000 Bq/m3. Elle ne touche en outre qu’une zone limitée, tente de rassurer l’IRSN.

« Les doses estimées reçues par les salariés de 2M Process sont comprises entre 0,49 et 4,8 millisieverts. ». Les visiteurs ont quant à eux reçu des doses comprises entre 0,0027 et 0,51 mSv. Pour rappel, la limite réglementaire pour les personnes du public, y compris les travailleurs non professionnellement exposés aux rayonnements ionisants, est de 1 mSv/an.



[1] forme radioactive de l'hydrogène



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus