Nouvel incident grave dans le golfe du Mexique

Le 03 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une plateforme de Mariner Energy a été la proie des flammes jeudi.
Une plateforme de Mariner Energy a été la proie des flammes jeudi.

Un incendie a ravagé, jeudi, une plateforme de production de pétrole et de gaz, à une centaine de kilomètres au large de la Louisiane. Cinq mois après le début de la marée noire, ce nouvel incident inquiète la puissante industrie pétrogazière américaine.

Ça tangue dans le golfe du Mexique. Un peu plus de 5 mois après le début de la marée noire, un nouvel incident a fait frémir gardes-côtes et spécialistes de la vie marine. Jeudi, dans la matinée, une plate-forme de production de brut et de gaz naturel a été la proie des flammes plusieurs heures durant. Après avoir sauté à l’eau, les 13 membres d’équipage ont été récupérés, sains et saufs, par un navire de sauvetage, avant d’être transportés à terre par un hélicoptère.

Appartenant à une petite compagnie texane (Mariner Energy, une ancienne filiale d’Enron !), la plateforme VermilionBlock 380 n’a pas connu le sort de celle exploitée par BP. Le feu, qui s’est déclaré dans le quartier de vie, a été maîtrisé par une demi-douzaine de bateaux pompes. « La cause de l’incident n’est pas connue, mais de l’aveu de Patrick Cassidy, le directeur des relations avec les investisseurs de Mariner Energy, il ne s’agit ni d’une explosion, ni d’une fuite d’hydrocarbures. » L’intégrité de l’installation ne semble pas menacée.

De plus, ses systèmes de sécurité ont fonctionné. Les sept puits, auxquels la plateforme est reliée, ont été automatiquement obturés avant que l’équipage n’abandonne la plateforme. Aucune fuite d’huile n’a été, à l’heure où nous mettons en ligne, repérée par les nombreux avions et hélicoptères qui survolent une zone située à 130 kilomètres au sud de Vermilion Bay (Louisiane) et à près de 300 km à l’est du puits MC 252.

Vieille de 14 ans, cette installation est connue des autorités américaines. Produisant ses 1.400 barils/jour d’huile et ses 263.000 m 3 de gaz naturel par jour, Vermilion Block 380 a été le théâtre de 4 incidents, ces 10 dernières années, dont l’un a valu une amende de 85.000 dollars à son propriétaire pour manquement aux règles de sécurité.

Même si les conséquences environnementales restent faibles, l’industrie pétrogazière pourrait payer le prix fort de ce nouvel incident. A commencer par les dirigeants de Mariner Energy qui sont convoqués, vendredi prochain, devant une commission d’enquête parlementaire.

Mais la principale crainte de cette puissante industrie n’est pas là. Même si l’incendie survenu jeudi n’est pas plus grave que les nombreux incidents qui se produisent chaque année sur les milliers d’installations offshore du Golfe du Mexique, il arrive au pire moment. Après l’accident du 20 avril, l’administration Obama a décrété un moratoire sur les forages d’exploration offshore. Provisoire, cette interdiction doit, en principe, être levée le 30 novembre prochain. Mais rien ne dit que la pression sociale et médiatique ne poussera pas Washington à retarder sa décision. Les pétroliers ont bien senti la menace. L ’American Petroleum Institute, l’un de leurs principaux lobbies, ne cesse d’organiser des manifestations rappelant que l’industrie pétrolière emploie, outre-Atlantique, 9,2 millions de salariés. De son côté, BP, à l’origine de la pire marée noire qu’aient connu les Etats-Unis, fait profil bas. C’est par un simple communiqué que la compagnie britannique a annoncé, vendredi, avoir déjà consacré 8 milliards de dollars pour réparer les conséquences du naufrage de Deepwater Horizon.

Des eaux américaines du Golfe du Mexique sortent 30% du pétrole produit aux Etats-Unis et 13% du gaz naturel.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus