Nouvel engagement volontaire pour le recyclage des plastiques

Le 21 février 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Objectif: 60% de recyclage des emballages en plastique en 2022
Objectif: 60% de recyclage des emballages en plastique en 2022

Un pacte national sur les emballages en plastique a été signé, ce 21 février, entre l’Etat et plusieurs groupes de la grande distribution et de l’agroalimentaire. Un engagement peu prometteur.

En juillet dernier, les producteurs d’emballages avaient promis de doubler l’incorporation de plastiques recyclés en 2025. Soit 400.000 tonnes contre 200.000 t actuellement. Les industriels franchissent une nouvelle étape aujourd’hui en signant une feuille de route de l’éco-conception. Une dizaine de groupes de la grande distribution et de l’agroalimentaire, dont Auchan, Carrefour, Casino, Coca Cola Europe, Danone, Franprix, Monoprix, Unilever, L’Oréal, Nestlé France, s’engagent ainsi à mieux éco-concevoir leurs emballages. Ces géants utilisent la moitié des emballages en plastique en France pour le conditionnement, le transport ou la protection des produits. Le suivi de leurs promesses sera assuré par le WWF et la fondation Tara.

Exit le PVC et le PSE

Ils s’engagent tout d’abord à supprimer le PVC d’ici 2022 de leurs emballages ménagers, commerciaux et industriels. La disparition des emballages problématiques en 2025 reste plus floue. Seul le polystyrène expansé (PSE) est cité, alors que la directive sur les plastiques jetables interdira tout récipient en PSE dès 2021.

Encore plus floue, une expérimentation de nouveaux modèles de réutilisation, de réemploi et de vente en vrac devra être lancée d’ici 2025.

60% de recyclage en 2022

Pour le reste, les représentants de l’industrie promettent de recycler 60% des emballages en plastique en 2022 contre 26% aujourd’hui. Ce qui est légèrement supérieur à l’objectif du paquet européen sur l’économie circulaire, qui vise 50% en 2025.

Ils assurent aussi que 100% de leurs emballages seront réutilisables ou recyclables en 2025. Un but que se sont déjà fixé plusieurs groupes, dont Coca-Cola, Danone et Nestlé.

L’Etat à l’étude

De son côté, l’Etat s’engage à encourager l’élimination des résines problématiques, comme le PSE et le PVC. Aucune contrainte pour y parvenir. Les services de l’Hôtel de Roquelaure annoncent seulement la publication d’une énième «étude» sur les différents mécanismes financiers incitatifs à l’éco-conception ainsi que «l’évaluation» de pistes concrètes pour améliorer la collecte, le tri, le recyclage et la valorisation. Aucune nouvelle, en revanche, du bonus-malus 2019 évoqué en août dernier dans le cadre de la filière à responsabilité élargie du producteur (REP).

Aucun objectif de réduction

Les associations Zero Waste et Surfrider Europe restent sur leur faim. «Le temps n’est plus aux engagements volontaires, mais à l’adoption de mesures réglementaires nationales susceptibles d’enrayer la crise de la pollution plastique», écrivent-elles dans un communiqué. Elles rappellent que la production plastique ne cesse de progresser dans le monde, avec une hausse estimée à 40% d’ici 2030, dont un tiers dû aux emballages à usage unique. Or le pacte ne contient aucun objectif chiffré de réduction nette des quantités d’emballages plastiques jetables.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus