Nouvel aéroport de Nantes : le contrat de concession est signé

Le 03 janvier 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le ministère en charge de l’écologie a signé le 30 décembre 2010 le contrat de concession du nouvel aéroport de Nantes avec la société concessionnaire « Aéroports du Grand Ouest ».

La société concessionnaire (qui associe Vinci Concessions, la CCI de Nantes et la société Entreprises de travaux publics de l’Ouest) gère depuis le 1er janvier 2011 l’exploitation des aéroports de Nantes-Atlantique et Saint-Nazaire-Montoir, note le ministère dans son communiqué du 31 décembre. Elle a également pour mission de construire le nouvel aéroport du Grand-Ouest Notre-Dame-des-Landes, qui doit ouvrir à l’automne 2017 et remplacer l’aéroport de Nantes Atlantique.

Ce projet est vivement critiqué par certaines associations, qui ont notamment demandé au Conseil d’Etat en 2009 d’annuler l’enquête publique (mais leur demande a été rejetée). Pour l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa), le projet va à l’encontre des recommandations européennes de 2003 qui préconisent d’optimiser l’existant en matière de transports. « Alors qu’en 2007, le Grenelle de l’environnement prévoyait de ne pas augmenter les capacités aéroportuaires en France, nos décideurs locaux ont joué sur le mot ’transfert’ et le projet a été estampillé ’Haute qualité environnementale’ pour qu’il continue d’exister », critique l’association…

Un mémoire a été déposé en avril 2010 par Bretagne vivante, la Ligue de protection des oiseaux et SOS Loire vivante à la Commission européenne. « Ce mémoire, qui décrit les impacts du projet, a été déclaré recevable par la Commission », explique l’Acipa. Si l’Etat français ne respecte pas les directives européennes environnementales lors de la réalisation du projet et ne propose pas suffisamment de compensations environnementales, la Commission pourra déposer un recours auprès de la Cour de justice européenne.

« Le nouveau ministre des transports aura en quelques mois prévu d'inaugurer (avant de renoncer) l'A65 et d’accorder la concession de l'Aéroport Notre-Dame-des-Landes à Vinci. Deux symboles qui illustrent à merveille les propos du chef de l'Etat : ‘l'environnement, ça commence à bien faire’ », nous livre Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement.

Selon le ministère de l’écologie, la construction du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes répond à la saturation physique à terme de la plate-forme de Nantes Atlantique et aux enjeux de sécurité et de préservation des populations (nuisances acoustiques, survol de l’agglomération nantaise). Argument fallacieux pour Stéphen Kerckhove, qui rappelle que le nombre de mouvements (atterrissages et décollages) est rigoureusement le même qu'en l'an 2000.

« Le projet s’insère également au mieux dans le bocage environnant en limitant au maximum les surfaces artificialisées », précise le communiqué du 31 décembre. Le cahier des charges est, quant à lui, « particulièrement exigeant en termes d’insertion environnementale, de limitation des nuisances et de performances énergétiques ».

Pour la réalisation des nouvelles infrastructures, une subvention de 131 millions d’euros est apportée par l’Etat et les collectivités locales partenaires[1] du projet. 315 M€ sont investis par le concessionnaire sous forme de fonds propres et d’emprunts.

« En période de pénuries budgétaires, n'y avait-il pas d'autres priorités que d'investir autant d'argent dans un projet inutile ? », conclut Stéphen Kerckhove. 



[1] Nantes Métropole, le département de la Loire Atlantique, les régions Pays de la Loire et Bretagne, la Communauté d'agglomération de la région nazairienne et de l'estuaire (Carene) et la Communauté d'agglomération de Cap atlantique



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus