Nouveau recours contre l’usine Alteo de Gardanne

Le 29 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les riverains de l'usine Alteo de Gardanne sont inquiets
Les riverains de l'usine Alteo de Gardanne sont inquiets

Des riverains de l’usine Alteo de Gardanne (Bouches-du-Rhône) ont déposé, le 18 juin, un recours contre l’arrêté préfectoral autorisant, en juin 2016, le stockage à terre des résidus de l’extraction de bauxite.

 

Cette usine a été autorisée, en décembre 2015, à évacuer en Méditerranée, dans le parc national des calanques ses rejets liquides, après avoir rejeté des boues rouges pendant trente ans. Alteo a alors décidé de stocker à terre ses boues solides. Le 21 juin 2016, un arrêté préfectoral a ensuite précisé les règles de stockage de ces déchets de fabrication, obligeant l’exploitant à adopter un plan pour limiter au maximum les surfaces concernées, les infiltrations d’eau et les envols de poussières.

«Nous nous retrouvons dans la situation antérieure, 50 ans en arrière, à un moment où tout était stocké à terre», a dénoncé Hélène Bras, l’avocate des riverains, lors d’un point presse. Si Alteo affirme avoir réduit de plus de 99% le flux liquide de métaux rejeté en mer, les opposants estiment qu’ils restent toujours polluants. Hélène Bras appelle à «un traitement de fond du dossier pour qu’Alteo soit mis face à ses responsabilités».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus