Nouveau recours contre l’usine Alteo de Gardanne

Le 29 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les riverains de l'usine Alteo de Gardanne sont inquiets
Les riverains de l'usine Alteo de Gardanne sont inquiets

Des riverains de l’usine Alteo de Gardanne (Bouches-du-Rhône) ont déposé, le 18 juin, un recours contre l’arrêté préfectoral autorisant, en juin 2016, le stockage à terre des résidus de l’extraction de bauxite.

 

Cette usine a été autorisée, en décembre 2015, à évacuer en Méditerranée, dans le parc national des calanques ses rejets liquides, après avoir rejeté des boues rouges pendant trente ans. Alteo a alors décidé de stocker à terre ses boues solides. Le 21 juin 2016, un arrêté préfectoral a ensuite précisé les règles de stockage de ces déchets de fabrication, obligeant l’exploitant à adopter un plan pour limiter au maximum les surfaces concernées, les infiltrations d’eau et les envols de poussières.

«Nous nous retrouvons dans la situation antérieure, 50 ans en arrière, à un moment où tout était stocké à terre», a dénoncé Hélène Bras, l’avocate des riverains, lors d’un point presse. Si Alteo affirme avoir réduit de plus de 99% le flux liquide de métaux rejeté en mer, les opposants estiment qu’ils restent toujours polluants. Hélène Bras appelle à «un traitement de fond du dossier pour qu’Alteo soit mis face à ses responsabilités».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus