Nouveau non-lieu dans l’affaire abeilles et Régent

Le 04 février 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
endredi 30 janvier, le tribunal de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a décidé du non-lieu dans la plainte déposée par des apiculteurs contre BASF Agro et Bayer CropScience pour destruction de ruches, suite à une surmortalité d’abeilles que ces éleveurs imputent au pesticide Régent TS. La juge d’instruction a suivi les conclusions du procureur (1) qui avait requis un non-lieu en été 2008, estimant qu’«il n’était pas envisageable d’affirmer un lien incontestable entre utilisation du fipronil dans l’enrobage des semences et les surmortalités des abeilles constatées à l’occasion des campagnes 2002 et 2003».

Dans un communiqué du 2 février, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) a dénoncé un «déni de justice» et déclaré qu’elle avait décidé de faire appel de cette décision devant la cour d’appel de Toulouse.
Evidemment plus satisfait, BASF Agro a annoncé que «cette décision doit permettre […] d’orienter la recherche scientifique apicole vers les premières causes du phénomène de dépérissement des abeilles qui dure depuis plus de 15 ans en France (maladie des abeilles comme Varroa et Nosema cerenae, manque de produits vétérinaires efficaces, mauvaise alimentation des abeilles, biodiversité...).


(1) Dans le JDLE «Abeilles et Régent: le procureur requiert un non-lieu»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus