«Nourri sans OGM»: une étiquette absente des rayons

Le 01 février 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Carrefour est l'une des rares marques de distributeurs à proposer des produits "nourris sans OGM"
Carrefour est l'une des rares marques de distributeurs à proposer des produits "nourris sans OGM"

La mention «nourri sans OGM» n’alimente guère les produits français. Un an après la publication du décret l’autorisant pour les ingrédients d’origine végétale, animale ou apicale répondant à certains critères (entré en vigueur le 1er juillet, voir JDLE), force est de constater qu’elle est largement absente des rayons, déplore l’association UFC-Que Choisir.

Son enquête menée auprès de produits d’origine animale présents dans 324 grandes surfaces n’a obtenu que de bien maigres résultats (publiés le 31 janvier).

Seulement trois aliments affichent en effet le «nourri sans OGM» (1), avec un marquage à peine visible, pour des dizaines de références présentes dans les rayons.

Selon UFC-Que Choisir, 2 marques de distributeurs sur 7 (Carrefour et Auchan) ont de leur côté lancé une gamme de produits «sans OGM». Les autres enseignes font quasiment l’impasse sur le sujet.

L’association relève que si l’indisponibilité des produits laitiers «sans OGM» est justifiée compte tenu de la lenteur de la mise en place dans la filière, ce n’est pas le cas des autres produits, pour lesquels la communication «sans OGM» a été lancée dès 2008.

Cette quasi-absence d’offres de produits «nourri sans OGM» s’avère d’autant plus regrettable qu’il n’y a pas de différence de prix entre les deux filières, note l’association de consommateurs (2).

«Est-ce que les distributeurs sont en train de faire des tests ou ne sont-ils tout simplement pas intéressés?», se demande Olivier Andrault, responsable de l’enquête. Ce chargé de mission rappelle que la demande des consommateurs est pourtant forte. 96% d’entre eux veulent être informés de la présence ou de l’absence d’OGM dans l’alimentation des animaux selon un sondage Ifop-Carrefour d’octobre 2010.

Pour que cet étiquetage ne soit plus lettre morte, UFC-Que Choisir demande au ministre chargé de l’agroalimentaire, Guillaume Garot, de lancer des actions favorisant le développement des filières d’alimentation animale sans OGM.

Si la réglementation européenne impose de mentionner les produits contenant des OGM, la liberté est laissée aux Etats membres de décider de l’étiquetage des produits «sans OGM», déclare à l’AFP Anaïs Fourest, responsable du dossier à Greenpeace France.

(1) Il s’agit des œufs et des volailles des Fermiers de Loué ainsi que le saumon fumé sous vide de Labeyrie.

(2) Selon une enquête réalisée du 14 au 18 janvier 2013 auprès de 1.653 magasins drive de la grande distribution

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus