« Notre poison quotidien »

Le 17 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Marie-Monique Robin est de retour. Et, une fois de plus, elle n’est pas porteuse de bonnes nouvelles. L’auteure du Monde selon Monsanto revient sur les écrans (et dans les rayons des libraires) avec un grand reportage sur la contamination de nos aliments par les résidus de l’utilisation des produits phytosanitaires.

 

L’idée du sujet lui est venue lors de sa précédente enquête. « Lorsque je travaillais sur Monsanto, trois questions me venaient régulièrement : Monsanto était-il une exception dans un océan d’industriels pacifiques, comment sont régulés les produits chimiques et existe-t-il un lien entre l’exposition aux produits chimiques et l’épidémie de cancers que l’on constate dans les pays occidentaux », raconte-t-elle.

 

Basé sur des recherches récentes, le dépouillement des archives de l’OMS et de très nombreux entretiens, le résultat de ce travail d’investigation est inquiétant. Intitulé Notre poison quotidien, le film retrace la façon dont sont fixées par les différentes agences de réglementation les doses journalières admissibles des substances chimiques que l’on retrouve dans notre assiette. Au menu : études de toxicité biaisées par les industriels et experts au cœur d’indéniables conflits d’intérêts.

 

La journaliste dénonce aussi une véritable culture scientifique qu’il convient de remettre en cause. « Beaucoup de toxicologues ont un problème de pensée : ils ne considèrent pas les expositions aux faibles doses et n’étudient pas les impacts sanitaires de l’effet cocktail [les effets sur la santé de plusieurs substances en mélange, nldr]. Or, depuis la seconde guerre mondiale, environ 100.000 molécules ont envahi notre environnement et contaminé notre alimentation. Qu’on ne vienne pas nous dire que c’est inoffensif ».

 

Marie-Monique Robin n’oublie pas les agriculteurs et la part de responsabilité qui est la leur dans notre processus d’intoxication. « Je suis fille d’agriculteur, rappelle-t-elle. Et je me souviens de mon père sur son Massey avec ses bidons d’Atrazine. Il ne savait pas. Aujourd’hui, il faut convaincre les agriculteurs de changer de modèle. Mais ils ne le feront que pour un modèle qui leur permette de vivre. Ça ne sera pas facile, car ils ont le sentiment d’avoir été trompés. Il y a 50 ans, on leur promettait qu’ils nourriraient le monde. On leur reproche aujourd'hui d’avoir contaminé leurs enfants, souillé la terre et pollué l’eau. »

D’une durée de 1 h 55, le film de Marie-Monique Robin sera diffusé sur Arte, le 15 mars prochain à 20 h 40.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus