Notre-Dame: syndicats et associations exigent le confinement du chantier

Le 01 août 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Notre-Dame : un chantier à confiner ?
Notre-Dame : un chantier à confiner ?
VLDT

ONG et syndicats CGT veulent renforcer la protection des travailleurs et des riverains du site sinistré.

Les contaminations et les pollutions au plomb provoquées par l’incendie de Notre-Dame-de-Paris n’en finissent plus d’inquiéter. Après l’arrêt du chantier, pour une remise à plat des règles de sécurité, et la fermeture de deux écoles parisiennes, la CGT exige la mise en sécurité des travailleurs et des riverains.

Dans un communiqué, mis en ligne ce 1er août, Bruno Martin demande la mise sous cocon du chantier. «Le plomb – neurotoxique, reprotoxique, cancérogène et toxique cardio-vasculaire – est dangereux quel que soit le niveau d’exposition. Les seuils réglementaires sont des valeurs de gestion du risque», rappelle le responsable de l'Union départementale CGT.

Pour réduire l’exposition aux particules de métal lourd des riverains, le syndicaliste demande le confinement du chantier «comme le prévoit le code du Travail pour tous travaux impliquant les risques Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques».

salle blanche

Comme cela se pratique sur les chantiers de désamiantage, l’idée est de recouvrir l’espace en travaux d’une vaste bâche de plastique et de créer une grande salle en dépression où la pression de l’air serait inférieure à celle de l’air extérieur. Limitant de facto les risques de disséminations des particules de plomb vers l’extérieur.

Rejoints dans leurs revendications par l'Association des familles victimes du saturnisme et l'association Henri Pézerat, les syndicats CGT donc ceux de la préfecture de police, de la petite enfance, de l'habitat, de la Ville de Paris ou encore de la police d'Ile-de-France, demandent la création à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu d'un centre de dépistage et de suivi «clinique, psychologique et social» pour «toutes les personnes exposées», ainsi que la publication d’une cartographie rigoureuse de la pollution au plomb.

Le 29 juillet, suite aux révélations d’une forte pollution par le plomb aux alentours de Notre-Dame-de-Paris, l’association Robin des Bois a porté plainte contre X pour «mise en danger délibérée de la personne d’autrui» et «non-assistance à personne en danger».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus