Normes d’émission des véhicules: Bruxelles sous haute pression

Le 30 septembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Avec Berlin, plusieurs constructeurs montent au créneau
Avec Berlin, plusieurs constructeurs montent au créneau

Les constructeurs automobiles français s’allient avec leurs homologues allemands pour retarder de 4 ans l’entrée en vigueur des normes européennes d’émission de CO2. Une proposition défendue bec et ongles par le gouvernement allemand.

Bruxelles avait annoncé, en juin dernier, qu’un nouveau règlement allait limiter à 95 grammes de CO2 par kilomètre les émissions autorisées pour un véhicule léger à partir de 2020 (contre 132 g/km en moyenne actuellement).

Renault et PSA Peugeot Citroën ont décidé de se ranger derrière la position de Berlin, qui œuvre pour que la limitation ne s’applique qu’à 80% des véhicules mis sur le marché en 2020. L’Allemagne souhaite ensuite une hausse progressive de 5% par an, pour atteindre les 100% en 2024, selon une proposition qui a circulé entre les ministres européens des transports le 27 septembre. Les constructeurs français chercheraient surtout à ne pas froisser Daimler, BMW et Opel, leurs principaux partenaires industriels allemands.

Pour l’heure, cette position est soutenue par la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, les principaux pays producteurs d’automobiles. Mais cette coalition ne suffit pas, pour l’instant, à former une minorité de blocage. Tous les regards se tournent donc vers Paris, qui devrait faire connaître sa position le 2 octobre.

 

La proposition de Berlin ralentirait fortement les réductions d’émission

Dans un communiqué diffusé ce 30 septembre, l’association Transport & Environnement déplore l’attitude de l’Allemagne. «Le jour même où le Giec affirme que le changement climatique d’origine humaine est sans équivoque, Berlin donne 4 ans de plus à ses constructeurs automobiles de luxe pour vendre encore plus de véhicules énergivores», affirme Greg Archer, en charge de la politique des véhicules propres au sein de l’association.

Selon le rapport annuel de Transport & Environnement, 4 constructeurs automobiles européens respectent déjà la limitation à 130 g/km de CO2 prévue pour 2015 et sont bien placés pour atteindre les 95 g/km en 2020. Si la proposition allemande était acceptée, l’Union perdrait son dynamisme sur les baisses d’émission des véhicules automobiles, qui ne dépasseraient pas les 2,25% par an entre 2015 et 2024 alors qu’elles déclinent de 3,6% par an depuis 2009.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus