Noix et cacahuètes: aucune raison de les éviter pendant la grossesse

Le 08 janvier 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Manger des cacahuètes pendant la grossesse, c'est bon pour le bébé!
Manger des cacahuètes pendant la grossesse, c'est bon pour le bébé!
DR

Manger des cacahuètes ou des noix pendant la grossesse ne favorise pas le risque d’allergies alimentaires chez le jeune enfant, et peut-être même au contraire, selon une étude américaine publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Jusqu’au début des années 2000, il était conseillé aux femmes enceintes de ne pas consommer de noix et de cacahuètes, et même de ne pas en donner à leurs enfants avant l’âge de 3 ans. L’objectif était d’éviter une sensibilisation de l’organisme… ce qui n’a pas empêché les allergies alimentaires de continuer à grimper.

Bien que passées de mode, ces recommandations s’avèrent a posteriori bien contre-productives, selon l’étude publiée fin décembre par l’équipe de Michael Young, du Boston Children’s Hospital (Massachusetts), menée sur près de 11.000 femmes de la cohorte Growing Up Today Study 2 (GUTS2).

Ces travaux montrent que leurs enfants avaient justement moins de risques de développer une allergie aux noix et aux cacahuètes si ces femmes en avaient consommé régulièrement pendant la grossesse. A raison de 5 fois par semaine, le risque était réduit de 69% par rapport aux enfants nés de femmes ayant évité ces produits.

 

Une plus grande tolérance

 

Confortant plusieurs études chez l’animal, ces résultats montrent qu’une exposition précoce aux antigènes de noix et de cacahuètes, loin de sensibiliser à ces aliments, favorise au contraire une tolérance de l’organisme, empêchant à long terme la survenue d’allergies. A l’inverse, c’est l’éviction totale de ces produits qui s’avère dangereuse pour l’enfant.

Ce phénomène n’était observé que chez les mères n’ayant pas d’allergie aux noix ou aux cacahuètes. Pour les femmes allergiques aux cacahuètes mais consommant des noix, ou vice-versa, l’enfant semblait au contraire avoir plus de risques de devenir allergique à son tour à l’un ou l’autre de ces produits, pour une raison encore inconnue.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus