NKM, 20.000 lieues sous les mers

Le 01 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Avec plus de 10 millions de kilomètres carrés d’océan, la France possède le deuxième domaine maritime du monde, juste derrière celui des Etats-Unis. Un empire dont la richesse des grands fonds est plus que prometteuse. La ministre de l'écologie a donc annoncé, mercredi 30 novembre, le dépôt par la France dans les tous prochains jours d’une demande de permis d'exploration auprès de l'autorité des grands fonds marins dans l'Atlantique.

«L'exploration des grands fonds marins est une nouvelle frontière pour le XXIe siècle», a déclaré la ministre, qui s'exprimait à l'occasion de la clôture des 7e assises de l'économie maritime et du littoral qui se sont déroulées à Dunkerque (Nord).

Cette annonce s'inscrit dans la stratégie globale d'exploration des grands fonds décidée en juin dernier par le Premier ministre lors d'un comité interministériel.

Selon Nathalie Kosciusko-Morizet, «les grands pays se sont engagés dans une course folle pour se partager ces grands fonds qui n’appartiennent à personne, dans les eaux internationales. La France ne peut pas se permettre de rester en arrière, compte tenu de son histoire et de ses ambitions», a-t-elle souligné, citant l'exemple de la campagne menée fin 2010 par la France dans les eaux de Wallis-et-Futuna, qui a révélé tout le potentiel de ces grands fonds, en terres rares et en métaux divers.

La locataire de l’hôtel de Roquelaure n'a précisé dans son discours ni les zones concernées par ce permis ni l'objectif précis de l'exploration, qui sera menée par l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus