Nitrates: remplacer nos rivières coûterait si cher

Le 05 janvier 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les rivières, cadeau sous pression.
Les rivières, cadeau sous pression.
DR

Combien cela coûterait-il de recréer artificiellement les services de purification offerts par nos rivières, confrontées à des apports colossaux de nitrates? Entre 16 et 31 milliards, ont calculé des scientifiques européens.

Face au déferlement de nitrates, les écosystèmes européens n’en peuvent mais: entre 50 et 80 millions de tonnes de ces nutriments utilisés et dispersés massivement dans les milieux naturels par l’agriculture entre 1995 et 2015 ont abouti dans les bassins hydrographiques des pays européens. Sans compter les apports de l’industrie et des ménages. A l’exception notable de l’Estonie, la Finlande, la Norvège et la Suède, «la rétention des nitrates dans les cours d’eau se situe à des niveaux non soutenables et les écosystèmes aquatiques se dégradent progressivement sous la pression des nitrates», constate une étude du Joint Research Center, le service scientifique interne de la Commission européenne. Et tout cela a un coût.

Cher service gratuit

En se fondant sur un système de comptabilité économique et environnementale intégrée, adopté par plusieurs instances internationales (OCDE, FAO, Banque mondiale, etc.), les chercheurs publient la première évaluation physique et économique de la purification de l’eau par les écosystèmes. Et Mère Nature est généreuse: ce service ‘gratuit’ peut être évalué a minima à 16 milliards d’euros, et jusqu’à 31 milliards par an. «Cette étude montre le coût que cela supposerait de remplacer les services éco-systémiques naturels de purification de l’eau avec des zones humides recréées, qui reproduiraient les mêmes fonctions.»

13 fois insoutenable

Sans surprise –d’autant que les calculs ont été arrêtés en 2005- la France connaît un apport de nitrates environ 13 fois supérieur à celui qui serait soutenable par le réseau hydrographique métropolitain, qui parvient tout de même à en absorber un tiers. Fin septembre 2016, le nouveau programme d’action national contre la pollution par les nitrates français a obtenu le feu vert de la Commission européenne, ouvrant la voie à une sortie du contentieux européen.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus