Nitrates: pour la première fois, les Bretons ont la parole

Le 06 novembre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les algues vertes, présentes pendant encore longtemps.
Les algues vertes, présentes pendant encore longtemps.

Le 6e programme d’action démarrera en 2018 dans la région la plus touchée par les algues vertes. Et le grand public est sollicité pour donner son avis sur l’élaboration de mesures qui ont, jusqu’ici, fait la preuve de leurs insuffisances. Une première.

La Bretagne n’en a pas fini avec les nitrates. Même si leur concentration dans les cours d’eau a, en moyenne, diminué de 30% par rapport à 1996, les 5 programmes d’action quadriennaux qui se sont succédé depuis lors n’ont pas suffi à régler le problème. A la fois parce que le modèle agricole n’a pas drastiquement changé comme il le faudrait, mais aussi parce que la dégradation des nitrates est beaucoup plus lente qu’attendu, de l’ordre de 40 à 50 ans, comme l’expliquait le biogéochimiste Gilles Pinay dans un entretien à Ouest-France. «C’est ce qui explique que, malgré les efforts qui ont été faits, notamment en Bretagne, pour limiter les intrants, on a encore des teneurs en nitrates assez hautes dans les cours d’eau», commentait celui qui a récemment piloté une expertise collective sur l’eutrophisation.

6e version du programme

C’est dans ce contexte que la préfecture de Bretagne lance, à partir du 8 novembre et jusqu’au 6 décembre, une consultation préalable sur la 6e version du programme d’action régional en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d’origine agricole, qui entrera en vigueur en 2018. Si les principales mesures sont décidées au niveau national (le dernier programme a été adopté en octobre 2016), chaque région doit les adapter et les compléter en fonction des caractéristiques propres à son territoire.

Deux réunions publiques

Autour de la table, les traditionnels interlocuteurs –services de l’Etat, collectivités, profession agricole, associations environnementales– mais aussi le grand public. Une grande première, qui découle de l’ordonnance du 3 août 2016, laquelle élargit notamment le champ des projets qui doivent être soumis au public. Ainsi, «il est possible pour tous les Bretons de s’exprimer sur les orientations et les mesures à mettre en œuvre dans ce programme régional», précise la préfecture. Sous quelle forme? Via un questionnaire, par courrier électronique au garant désigné par la Commission nationale du débat public (CNDP) ou lors de deux réunions publiques (le 21 novembre à Pacé, près de Rennes et le 29 novembre à Quimper).

Une autre concertation à venir

«La concertation sera aussi un temps d’information: sur la qualité de l’eau en Bretagne et son évolution, sur le contenu des programmes national et régional et le cadre européen, sur les exemples de mesures déjà mises en œuvre. Prenez connaissance des informations correspondantes dans le dossier de la concertation», précise la préfecture. Finalisé, le programme régional sera soumis à l’avis du public, dans le cadre d’une consultation.

 

Tout arrive! Un peu moins de la moitié des demandes (43%) déposées en 2015 au titre des mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) de l’ensemble des mesures surfaciques, ainsi que des aides en faveur de l’agriculture biologique viennent d’être payées, annonce le ministère de l’agriculture. Les dossiers restants seront régularisés tous les 15 jours, ce qui pourrait apurer la situation d’ici la fin de l’année. En mars 2018, ce sera au tour du paiement des annuités de 2016, puis de celles de 2017 à partir du mois de juillet, pour un retour à un calendrier de paiement normal lors de la campagne 2018. Financées à 75% par le Fonds européen agricole de développement rural (Feader), dont les conseils régionaux sont autorités de gestion, et pour les 25% restant par l’Etat, les agences de l’eau ou les collectivités locales (principalement les régions), ces aides avaient pris un retard délétère pour les exploitations, notamment celles en agriculture biologique.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus