Nitrates d'ammonium: le stockage encore mal maîtrisé

Le 23 septembre 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une note de service du ministère chargé de l'agriculture montre que les risques liés au stockage d'engrais à base de nitrate d'ammonium sont encore mal pris en compte par les utilisateurs, malgré les efforts déployés par les pouvoirs publics.

En octobre 2003, 8 accidents ou incidents liés à la présence d'engrais à base de nitrate d'ammonium ont été signalés, dont 4 en Rhône-Alpes et 3 en Bretagne. L'accident le plus grave s'est produit à Saint-Romain-en-Jarez (Loire). Un hangar dans lequel se trouvait 2,5 tonnes d'engrais ainsi que 2 bouteilles de gaz, 500 kilogrammes de chaux vive et des palettes en bois a subi un incendie puis une explosion. 27 pompiers ont été blessés et le village a été dévasté. Si les causes de l'incendie restent inconnues, la note de la direction générale de la forêt et des affaires rurales (DGFAR) observe que l'incendie a été aggravé à cause du stockage à proximité de produits combustibles. Or, les principes généraux d'un stockage correct interdit cette contiguïté. Aucun blessé humain n'a été à déplorer dans les 7 autres incidents mais un incendie dans une exploitation agricole bretonne a tué 10 veaux et blessé 15 bovins le 3 mars 2004. Deux autres incidents en 2004 ont provoqué des dégâts matériels importants.

En 2004, le contrôle de la sécurité du stockage des engrais à base de nitrate d'ammonium a été une action prioritaire pour l'inspection du travail en agriculture. Les risques professionnels étant encore peu maîtrisés par les utilisateurs, le ministère chargé de l'agriculture a décidé de reconduire cette action en 2005. En 2004, 232 établissements installés dans 12 régions (dont Rhône-Alpes et la Bretagne) et stockant des engrais à base de nitrate d'ammonium ont fait l'objet d'un contrôle. Le contrôle a été réparti également entre les utilisateurs, essentiellement des exploitations de polyculture-élevage et de grandes cultures, et des vendeurs, à 94% des coopératives. Alors qu'un règlement européen du 13 octobre 2003 mentionne que les nitrates d'ammonium doivent être conditionnés en sacs chez l'utilisateur final, 13% encore des établissements français contrôlés stockent leurs engrais en vrac et 4% sous forme mixte (sac et vrac).

Quant aux locaux, s'ils sont le plus souvent bien conçus, avec un bon système de ventilation ou d'aération, de sérieux problèmes demeurent puisque 11% seulement sont équipés d'un panneau signalant la présence de produits dangereux, et 25% d'un panneau signalant l'interdiction de fumer. En outre, 55% des stockages d'engrais se retrouvent à proximité directe d'un point chaud (équipement de manutention, ampoules nues, etc.) et 70% à proximité de produits incompatibles comme des solides inflammables (foin, paille, etc.) ou des liquides inflammables (carburants). Un autre point important souligné par la note de la DGFAR est l'organisation insuffisante des moyens de secours et des procédures d'urgence. En cas d'incendie, la présence d'engrais rend le sinistre plus difficile à maîtriser, en raison des fumées toxiques dégagées. Or, seuls 11% des utilisateurs affichent une information des services de secours sur la présence d'engrais.

Autre problème souligné par la synthèse ministérielle: la connaissance des risques reste lacunaire chez les utilisateurs. Si 56% citent les dangers de détonation –en raison probablement de l'accident de Saint-Romain-en-Jarez, souligne l'auteur du rapport-, seuls 49% des utilisateurs connaissent les dangers de décomposition des engrais simples et 34% les dangers de décomposition auto-entretenue des engrais composés. Pour leur part, les vendeurs apparaissent mieux informés, les trois quarts connaissant les dangers de décomposition des engrais simples et de détonation. Toutefois, la note pointe que «très clairement, l'information ne passe pas par les fiches de données de sécurité», puisqu'elles ne sont présentes que dans 56% des établissements de vente et 12% des utilisateurs.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus