Nicolas Sarkozy se prononce sur les quotas de l’aviation

Le 27 juin 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Lors de l'inauguration du nouveau satellite d'embarquement de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le président de la République Nicolas Sarkozy s'est déclaré «favorable à ce que des quotas d'émissions de CO2 s'appliquent désormais au transport aérien». La Commission européenne a en effet proposé en décembre 2006 de faire participer ce secteur au système communautaire d'échange de quotas d'émissions (SCEQE) pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre des compagnies aériennes à partir de 2011.

«Le transport aérien (...) est le seul à utiliser sans taxation des carburants fossiles et nous ne pouvons plus ignorer son empreinte sur l'environnement», a indiqué Nicolas Sarkozy, ajoutant qu'«il n'est évidemment pas question de cibler seulement les compagnies européennes: pour une destination donnée, toutes les compagnies doivent être concernées ou aucune». Selon lui, attribuer des quotas à l'aviation permettra «d'encourager les technologies propres et rétablira l'équité entre modes de transport».

De son côté, le président d'Air France Jean-Cyril Spinetta estime que cette perspective est «possible», en diminuant le poids des nouveaux avions, en améliorant le contrôle aérien et en mettant au point une «nouvelle génération d'avion et des nouveaux moteurs dont la marge d'amélioration est de 15%» sur leur consommation.

Dans sa dépêche, l'AFP a indiqué que l'aviation contribue à près de 3% des émissions de CO2 de l'Union européenne, mais celles-ci pourraient avoir augmenté de 150% en 2012 et leur impact réel est deux à trois fois supérieur en raison de l'altitude.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus