Nicolas Sarkozy défend la tournure prise par le Grenelle

Le 21 mai 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mardi 20 mai, le président de la république Nicolas Sarkozy a effectué un déplacement dans le Loiret sur le thème de la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. Aucune grande annonce n’a été faite lors de son discours prononcé à Orléans. Il y a défendu le principe du «dialogue à 5» (syndicats, entreprises, ONG, élus, administration) tout en rendant hommage au «monde de l’agriculture» qui a «joué le jeu». Il a également rebaptisé le Conseil économique et sociale (CES) en «Conseil économique, sociale et environnemental (CESE)», et invité son gouvernement et le Parlement à adopter le premier projet de loi sur le Grenelle avant le premier anniversaire de celui-ci, qui a eu lieu fin octobre 2007.

Comme Jean-Louis Borloo lors d’une conférence de presse du 30 avril, le chef de l’Etat a évalué à 500.000 le nombre d’emplois supplémentaires créés d’ici 2020 grâce aux mesures prises dans le domaine du bâtiment. Dans ce cadre, il a chargé la ministre de l’économie Christine Lagarde de «donner une visibilité au gisement d’emploi issu du Grenelle» en organisant un «événement national sur le thème des métiers nouveaux du développement durable».

Côté chiffre, Nicolas Sarkozy a annoncé un milliard d’euros «supplémentaire» consacré sur 4 ans au «changement climatique, aux énergies et moteurs du futur, à la biodiversité, et à l’impact de l’environnement sur la santé».

Toutefois, ce discours n’a pas complètement convaincu les ONG, très inquiètes pour l’avenir du Grenelle à cause du tour pris par le dossier des OGM et du flou entretenu par le gouvernement concernant le financement des mesures. Les Amis de la terre estiment que le déplacement du président est une «tentative de diversion» puisqu’il a eu lieu le jour où l’Assemblée nationale a voté le projet de loi sur les OGM. Quant à France nature environnement (FNE), elle «prend acte avec satisfaction de l’engagement personnel du chef de l’Etat pour garantir la mise en œuvre du Grenelle», mais «note un décalage entre le discours et la gestion actuelle de l’après Grenelle». Ainsi, le «dialogue à 5» n’a pas eu lieu sur le projet de loi relatif à la responsabilité environnementale, actuellement examiné par le Sénat.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus