Nicolas Hulot donne de petits coups de pouce aux renouvelables

Le 09 janvier 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les centrales hydroélectriques produisent l'essentiel de l'électricité verte française.
Les centrales hydroélectriques produisent l'essentiel de l'électricité verte française.
DR

Au menu: simplification administrative, hausse des volumes des appels d’offres et soutien à la R&D.

En marge d’une visite du parc éolien de Loué, le ministre de la transition écologique et solidaire a présenté, lundi 8 janvier, de nouveaux mécanismes visant à accélérer le développement des énergies renouvelables électriques.

Dans la lignée de celui mis en place sur l’éolien, Nicolas Hulot a annoncé la création de groupes de travail visant à la simplification des procédures pour la méthanisation et le solaire.

775 GWc. C’est le fabuleux potentiel photovoltaïque (100 fois le parc actuel) de la moitié sud de la France, estime le Cerema[1] dans une étude réalisée cet automne, dans le cadre de la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Outre l’aspect financier, le centre d’études de Bron pointe une autre difficulté: la surface à mobiliser. Pour installer un parc pareil il faudrait ainsi dégoter plus de 1,5 million d’hectares: plus que la superficie de l’Ile-de-France. Selon certaines estimations, EDF devra ainsi geler de 25 à 30.000 ha pour mettre en service les 30 GWc que l’entreprise doit installer d’ici à 2035.

Le ministre a rappelé que le volume annuel des appels d’offres concernant le photovoltaïque passerait de 1,5 à 2,5 gigawatts crête (GWc) par an, dès cette année. Une mesure déjà annoncée lors du One Planet Summit du 12 décembre dernier.

Entre deux escalades d’éoliennes, le locataire de l’Hôtel de Roquelaure a publié les résultats de la troisième période de l’appel d’offres pour des installations photovoltaïques sur bâtiment: au total 283 projets ont été sélectionnés pour un volume de 150 mégawatts (MW). La baisse des prix proposés par les lauréats de cet appel d’offres se poursuit: «Le prix moyen proposé est de 85 €/MWh, en baisse de 9% par rapport à la période précédente», souligne le ministère de la transition écologique.

Grâce à la mise en place de l’arrêté tarifaire pour les plus petites installations et du lancement d’un appel d’offres pour les plus grandes installations, l’autoconsommation poursuit son développement. Selon Enedis, 14.000 foyers consomment déjà l’électricité renouvelable qu’ils produisent, soit 0,04% des 37 millions de clients raccordés.

Le gouvernement entend dynamiser la recherche et développement. En décembre, BPI France et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont lancé un ‘concours d’innovation’ dédié aux projets innovants portés par les PME. «Cela s’inscrit dans le troisième programme des investissements d’avenir (PIA 3)», indique Didier Marchal, directeur adjoint Productions et énergies durables de l’Ademe. Ce successeur de l’appel à projets Innovation est dédié aux PME qui portent seules leur projet.

Tel n’est pas le cas de l’appel à projets pour des démonstrateurs dans le domaine des énergies renouvelables que lancera l’Ademe au premier trimestre. «Il s’agit là de soutenir les dernières étapes de mise au point pré-commerciale des nouvelles technologies avant la mise sur le marché. Ce sont des projets plus importants, portés par des consortiums.»
 


[1] Cerema: Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus