New York veut dresser un mur contre l’Atlantique

Le 19 mars 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un mur anti-inondation à New York.
Un mur anti-inondation à New York.
DR

La Grosse Pomme prévoit d’investir 10 milliards de dollars pour protéger Manhattan et Staten Island de la montée du niveau de l’Atlantique.

 

Bill de Blasio est en colère. Dans une tribune publiée la semaine passée par The Intelligencer, le maire de New York fustige la vulnérabilité des villes côtières face à la montée du niveau de l’océan.

«Il y a 6 ans, l’ouragan Sandy a frappé la ville de New York. Le typhon a noyé 51 milles carrés [13.000 hectares, ndlr], 70.000 logements ont été endommagés ou détruits. Quarante-quatre New-yorkais sont morts. […] Dans tout le pays, des villes font face à la même menace existentielle. Mais nulle part dans le budget de 4.750 milliards de dollars (4.185 Md€) du président Trump n’apparaît le moindre plan pour protéger nos cités côtières de la montée du niveau de la mer.»

Manhattan Sud

La Grosse pomme va donc se débrouiller seule. Le 14 mars, Bill de Blasio a présenté un ambitieux plan d’adaptation. Devant être engagé dans les prochains mois, il vise à protéger la partie basse de Manhattan qui abrite le quartier financier de Wall Street et ses 500.000 emplois, 90.000 résidents. Lower Manhattan est aussi le point de départ ou le passage obligé de la plupart des lignes du métro.

buttes et parois

Deux étapes sont prévues. Dans un premier temps, les points les plus vulnérables vont être protégés par des buttes enherbées et des parois métalliques amovibles. La construction et la pose de ces fortifications devraient coûter 500 M$ (440,5 M€). Soit 100 millions de moins que les ouvrages comparables en cours de réalisation autour de Staten Island.

polders

Ces protections seront insuffisantes pour empêcher l’Atlantique de pénétrer à l’intérieur de Manhattan. L’altitude des quartiers de South Street Seaport et du Financial District est trop faible pour empêcher la montée des eaux, notamment lors de tempêtes ou de grandes marées. Raison pour laquelle la mairie prévoit la construction de polders de 150 mètres de large, sur plus de 3 kilomètres de long. Une solution qu’avait proposée le bureau de l’urbanisme de la municipalité. Le coût de cette avancée sur la mer est estimé à 10 Md$ (8,8 Md€). Elle permettrait, estime Bill de Blasio, de garder le sud de Manhattan au sec jusqu’en 2100.

Tout le monde ne sera pas logé à cette enseigne. Protéger l’intégralité du territoire métropolitain est impossible. New York est bordée de 850 km de côtes. Seuls les points stratégiques pourront être protégés.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus