New York va interdire la mise en décharge des déchets organiques

Le 06 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
New York passe à l'interdiction après une expérimentation basée sur l'engagement volontaire de 100 restaurants
New York passe à l'interdiction après une expérimentation basée sur l'engagement volontaire de 100 restaurants

Après San Francisco, Seattle, et Portland, New York devrait être la 4e métropole américaine à interdire l’enfouissement des déchets organiques.

L’interdiction, qui devrait être prise par la Big Apple au cours des prochaines semaines, touchera les déchets produits par les hôpitaux, les hôtels et plus largement tous les producteurs émettant plus d’une tonne de résidus alimentaires par semaine.

La proposition revient au précédent maire de New York, Michael Bloomberg, qui a expliqué en novembre dernier vouloir rediriger ces déchets (plus de 250.000 tonnes par an) vers le compostage ou la méthanisation.

 

Coup d’envoi, en 2011, dans le Connecticut

Le Connecticut a été le premier à donner l’exemple, en 2011, en adoptant une loi obligeant les producteurs à envoyer leurs déchets organiques dans une unité de valorisation -lorsqu’ils sont situés à moins de 20 miles (32 kilomètres) d’une installation- et non plus dans une décharge. Leur production doit dépasser 2 tonnes de déchets organiques par semaine.

Le Vermont a voté une loi similaire en 2012. Dans le Green Mountain State, le moindre déchet organique se verra refuser l’accès aux centres d’enfouissement à partir de 2020.

Le Massachussetts, enfin, doit appliquer la même interdiction aux producteurs de plus d’une tonne de résidus par semaine dès le 1er juillet 2014.

 

Expérience positive dans 100 restaurants

La mesure new-yorkaise a été prise suite à l’expérience positive (Food Waste Challenge) menée volontairement par 100 grands restaurants. Au total, celle-ci a permis de réduire de 50% leur envoi de déchets dans les décharges américaines.

Dans la même logique, New York a également décidé de développer le compostage des déchets organiques d’origine domestique.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le tiers de la production alimentaire mondiale (en poids) a été perdue ou jetée en 2009. 46% de ces pertes proviennent de l’aval de la chaîne: traitement, distribution et consommation.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus