- 

New York ne veut plus climatiser les rues

Le 08 octobre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Désormais, il faudra fermer les portes en été.
Désormais, il faudra fermer les portes en été.
Macy's

En son temps, Delphine Batho s’était attaqué à la pollution lumineuse des enseignes et des vitrines. New York, elle, a décidé de s’attaquer à la pollution froide des climatiseurs.

Ce jeudi 8 octobre, le maire de New York a promulgué un arrêté municipal visant à réduire la consommation d’électricité imputable aux systèmes de climatisation des boutiques. Voté le 23 juillet dernier, ce texte interdit tout simplement aux gestionnaires de commerces dont la surface est inférieure à 370 mètres carrés d’ouvrir portes et fenêtre quand la climatisation est actionnée. «On n’a pas besoin de rafraîchir les trottoirs», a justifié Bill de Biaso.

Les peines sont dissuasives. A partir du 1er juillet prochain, un commerçant qui laissera ses portes ouvertes encourra jusqu’à 1.000 dollars d’amende (887 euros). Le lobby des restaurateurs a toutefois obtenu quelques concessions: les cafés et les restaurants dotés d’une terrasse ouverte seront exemptés de l’obligation de fermeture.

Environ 9% de l’énergie consommée par les immeubles tertiaires de New York alimentent les systèmes de climatiseurs.