New York: les sodas maxi, nouvelle cible de la mairie

Le 06 juin 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Adieu maxi coke ?
Adieu maxi coke ?

La municipalité de New York veut interdire la vente de sodas dont la taille excède 16 onces (48 centilitres), mesure qui ne ravit pas les professionnels de ces boissons et s’avère incomprise d’une majorité de la population.

Comme l’affichage du contenu calorique sur les menus, en vigueur depuis 2008 à New York, cette mesure aura pour but de lutter contre l’obésité et les maladies qu’elle provoque. Elle ne s’appliquera qu’aux sodas vendus dans les restaurants, les cinémas et les stades, et pas aux boissons diet, aux jus de fruits et aux boissons alcoolisées.

Annoncée le 30 mai par le maire Michael Bloomberg lors d’une conférence de presse, cette interdiction doit être discutée le 12 juin par le conseil de la santé de la ville de New York. Avec une possible entrée en vigueur 6 mois plus tard, c’est-à-dire en décembre prochain, indique la municipalité sur son site internet.

Les sodas sont particulièrement dans le collimateur des autorités depuis la publication en 2011 d’un rapport du département de la santé de New York. Selon cette enquête, les zones du Bronx, de Harlem et de Brooklyn les plus touchées par le diabète et l’obésité sont également celles où l’on boit le plus de sodas.

Faux, selon l’American Beverage Association (ABA), qui juge la mesure «ridiculement déraisonnable, hasardeuse et incongrue». Selon elle, la consommation de sodas a baissé au cours des dernières années, leur contenu en sucres aussi, et les gens boivent de plus en plus de sodas diet. Malgré cela, le taux d’obésité n’a cessé d’augmenter, ajoute l’ABA.

Une affirmation à moitié vraie: l’obésité continue à augmenter chez les adultes new-yorkais (de 18,2% à 23,4% entre 2002 et 2010), mais elle est en légère baisse chez les enfants (de 21,9% à 20,7% entre 2006 et 2010). Sur l’ensemble des Etats-Unis, une décélération, voire un plateau, semble s’amorcer depuis le début des années 2000.

Très remontée contre Michael Bloomberg, la branche new-yorkaise de l’ABA le dépeint en «Nanny Bloomberg» (nounou, en français), dans un photomontage moquant «son étrange obsession sur ce que nous mangeons». «Quelle sera sa prochaine lubie: la largeur de votre pizza, la taille de votre hamburger ou la quantité de ‘cream cheese’ sur votre bagel?».

L’«obsession» du maire semble trouver peu d’écho dans la population: selon un sondage effectué par l’institut Marist Poll auprès de 500 New-Yorkais, 53% considèrent cette interdiction comme «une mauvaise idée», 42% comme «une bonne idée», les autres se disant sans opinion. Pour 52% d’entre eux, elle n’aura pas d’efficacité, et seuls 17% admettent acheter une boisson maxi lorsqu’ils sortent.

Cette interdiction serait encore plus impopulaire dans le reste des Etats-Unis: selon un sondage de l’institut Rasmussen Reports, 65% des Américains sont opposés à une telle mesure.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus